Ultimate magazine theme for WordPress.

11 septembre – «Elle s’est effondrée!»: l’enfer en haute définition

66

Caméra sur l’épaule, Mark LaGanga court à droite à gauche, braque de temps à autre son objectif sur les tours jumelles en flammes, interroge des gens sidérés, prends des risques insensés, s’enfuit… Alors cameraman pour la chaîne CBS, l’Américain se trouvait à Manhattan au moment où deux avions ont percuté le World Trade Center, le 11 septembre 2001. Près de 17 ans après les attentats, LaGanga a publié sur YouTube une version restaurée de son témoignage, rapporte LAD Bible.

Cette vidéo déchirante, longue de près d’une demi-heure, plonge les internautes au cœur de l’enfer. Les images et les sons ont été nettoyés et convertis en haute définition, donnant un résultat aussi saisissant que glaçant. On y voit Mark LaGanga se rendre à l’intérieur du lobby du WTC7, voisin des tours jumelles. «Je pense que vous devriez partir. Tous les autres sont partout. Il paraît que le haut du bâtiment s’est écroulé» lance un secouriste au cameraman. Certaines victimes attendent une ambulance, d’autres sont évacuées sur des civières.

Il a porté une femme handicapée sur 68 étages

Au milieu du clip, LaGanga s’approche d’un homme en costume qui erre dans les gravats. Il explique qu’il se trouvait au 81e étage d’une des deux tours et qu’il a miraculeusement réussi à s’en échapper. Bouleversé, il raconte avoir transporté une femme en fauteuil roulant sur 68 étages. La première tour s’effondre, le cameraman immortalise des New-Yorkais en larmes, suffoquant dans la poussière, tandis que les sirènes des pompiers et des secouristes ne cessent de retentir en toile de fond.

Au moment où la seconde tour s’écroule, LaGanga prend le risque de ne pas s’enfuir et se fait littéralement engloutir par un nuage de gravats. Un angoissant écran noir apparaît alors pendant plusieurs minutes, laissant le son témoigner de la violence du choc et du chaos s’ensuivant. «Que s’est-il passé?», demande le cameraman à un passant recouvert de poussière. «Elle s’est effondrée (…) J’ai 69 ans et je peux encore courir», parvient-il à plaisanter. Pendant ce temps, au milieu de la poussière et des débris, les secouristes tentent de se rendre utile.

Le 11 septembre 2001, les attentats les plus meurtriers de l’Histoire ont fait 2 753 morts et plus de 6 000 blessés. Aujourd’hui encore, les autorités américaines continuent d’identifier des victimes. Le mois dernier un jeune homme de 26 ans avait pu enfin être identifié grâce un extrait d’ADN, dix-sept ans après son décès.

(L’essentiel/joc)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires