Ultimate magazine theme for WordPress.

À Barcelone – Un millions de Catalans montrent leur force

4

Près d’un million de Catalans se sont massés mardi sur une artère de Barcelone pour la «Diada», «fête nationale» catalane, démontrant une capacité de mobilisation intacte après l’échec de leur tentative de sécession de l’Espagne et avec neuf dirigeants politiques en prison. À 17h14 précises, en commémoration de la prise de Barcelone le 11 septembre 1714 par les troupes du roi Felipe V qui supprima l’autonomie de la région, les manifestants ont levé une marée de drapeaux séparatistes et clamé «indépendance!» sur six kilomètres de l’avenue Diagonal.

La mise en scène, savamment orchestrée par les influentes associations indépendantistes, consistait à faire tomber un mur symbolisant les obstacles surmontés dans la marche vers un État souverain. La police municipale de Barcelone a annoncé avoir compté «environ un million» de manifestants, le même nombre que l’année précédente. «Nous réclamons notre droit à être une nation, de manière démocratique et pacifique», a déclaré à l’AFP Roger Pujol, producteur d’huile d’olive de 37 ans, réclamant «que la république devienne effective».

«J’ai honte, il n’y a pas d’autre mot»

La revendication de l’abandon des poursuites contre les dirigeants séparatistes, incarcérés ou ayant fui à l’étranger, pour leur rôle dans la tentative de sécession a été au centre de la manifestation convoquée sous le slogan «faisons la république catalane». Treize leaders catalans, dont l’ancien président régional Carles Puigdemont qui s’est exilé en Belgique, sont accusés de rébellion, ce qui peut leur valoir jusqu’à 25 ans de prison.

«J’ai honte, il n’y a pas d’autre mot. Je suis indigné, il ne peut pas y avoir de prisonniers politiques», a dit à l’AFP Santi Noé, agriculteur de 54 ans venu sur son tracteur auquel il avait accroché deux pancartes portant les mots «Démocratie» et «Liberté prisonniers politiques». Le camp indépendantiste veut prouver qu’il reste puissant près d’un an après le référendum illégal d’autodétermination du 1er octobre 2017 et la vaine déclaration d’indépendance du 27 qui avait entraîné la mise sous tutelle de la Catalogne par Madrid.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires