Ultimate magazine theme for WordPress.

À Metz – Condamné pour recel d’apologie du terrorisme

12

Le tribunal, qui a suivi les réquisitions du ministère public, a ordonné un mandat d’arrêt «en raison de la gravité des faits et pour garantir l’exécution de la peine». L’avocat du prévenu d’une quarantaine d’années, Mikaël Saunier, qui avait plaidé la relaxe lors de l’audience fin juin, a indiqué faire appel de cette décision. «Lors d’une perquisition administrative, il a été trouvé dans son ordinateur des vidéos et quelques images, la plupart étaient effacées et anciennes, sur le conflit israélo-palestinien, (l’organisation de) l’État islamique, Ben Laden et les tours jumelles», a relaté Me Saunier.

La perquisition avait été ordonnée en 2018, après un signalement. «Son fils, à l’école, avait tenu des propos un peu surprenants en disant: “Il faut tuer tous les mécréants”», a ajouté l’avocat. Le quadragénaire, qui est routier et vit à Metz dans le quartier de Borny, avait expliqué au tribunal avoir consulté des sites Internet et discuté sur des forums «pour sa connaissance». «Il a voulu se faire sa propre opinion. Aujourd’hui, dès qu’on a chez soi quelque chose sur (l’organisation de) l’État islamique, on est terroriste», a observé Me Saunier.

Selon le conseil, son client «n’a pas glorifié en public» des actes terroristes. «Il n’y a pas d’apologie, donc on ne peut pas être en recel. L’infraction, juridiquement, ne tient pas», a-t-il dit. La condamnation prévoit un sursis avec mise à l’épreuve pendant trois ans avec notamment l’obligation de travailler et l’interdiction de détenir une arme et de quitter le territoire français sans l’autorisation du juge d’application des peines.

(L’essentiel/afp)

commentaires