Ultimate magazine theme for WordPress.

Abu Dhabi – Accusé d’espionnage, il prend perpet’

22

Un Britannique a été condamné mercredi, à la prison à perpétuité, par le tribunal fédéral d’Abu Dhabi, pour espionnage au profit d’un pays étranger, a annoncé une porte-parole de sa famille. Londres se dit «profondément choquée». Le doctorant à l’université de Durham, dans le nord-est de l’Angleterre, a été arrêté à l’aéroport de Dubaï, le 5 mai. Il s’était rendu aux Émirats arabes unis pour mener des entretiens sur la politique étrangère et la stratégie du pays en termes de sécurité.

«Nous pouvons confirmer qu’il a été condamné à la prison à vie», a déclaré la porte-parole, jointe par téléphone par l’AFP. «L’audience a duré moins de cinq minutes et l’avocat (de la défense) n’était pas présent», a-t-elle ajouté sous le couvert de l’anonymat. Selon les médias émiratis, le Britannique a 30 jours pour interjeter appel de son jugement.

Répercussions sur les relations bilatérales

«Je suis profondément choqué et déçu», a réagi le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, dans une déclaration transmise à l’AFP. Il y met en garde contre les répercussions de cette affaire sur les relations diplomatiques entre le Royaume-Uni et les Émirats arabes unis.

Jeremy Hunt a affirmé avoir «clairement signifié à maintes reprises que la gestion de ce cas par les Émirats arabes unis aurait des répercussions sur les relations entre nos deux pays qui doivent reposer sur la confiance». «Je regrette d’en arriver à cette position et exhorte les Émirats à reconsidérer le cas», a-t-il ajouté. «Ce verdict n’est pas ce que nous attendions d’un ami et partenaire de confiance du Royaume-Uni et va à l’encontre des assurances reçues», a dit M. Hunt, qui a souligné avoir évoqué le cas avec le prince héritier d’Abu Dhabi, Mohammed ben Zayed.

Mi-octobre, le procureur général des Émirats, Hamad al-Shamsi, avait annoncé que le Britannique devait être jugé à Abu Dhabi «sous les accusations d’espionnage pour un pays étranger, mettant en danger la sécurité militaire, politique et économique de l’État». Selon lui, il se servait de son statut de chercheur comme couverture, et les accusations contre lui se fondent «sur des preuves».

(L’essentiel/afp)

commentaires