Ultimate magazine theme for WordPress.

AFFAIRE 9 MILLIONS US : Moustapha Mamy Diaby se défend…

8

Il dit n’avoir pas eu le choix. Face à la persistance des accusations dont il faisait l’objet, le ministre des Postes & Télécommunications et de l’Economie numérique, a du sortir de son silence. Mosutapha Mamy Diaby était donc ce vendredi devant la presse pour dit-il, une « mise au point » au sujet des 9 millions US dont certaines rumeurs disent qu’il disposerait dans un compte au Sénégal. Les allégations, il les conteste. Puis, il promet de poursuivre ceux qui les ont distillées.

« Je refuse de subir dans le silence ces mensonges  à répétition », c’est ainsi que le ministre des Télécoms justifie sa sortie. Puis, disant s’adresser à la population guinéenne, à la diaspora et à tout observateur avisé, il déclare: « Je voudrais dire que ces fausses informations ont été grossièrement  montées de toutes pièces dans l’unique dessein de nuire à mon image, à mon honneur, mais également au gouvernement ». A l’appui de cette affirmation, il précise qu’il ne  fait l’objet d’aucune convocation encore moins d’une interpellation, ni par la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF, Sénégal), ni par un quelconque organisme au Sénégal ou ailleurs dans le monde. « La mauvaise foi est d’autant plus perceptible qu’à aucun moment les auteurs des articles diffamatoires n’ont essayé de prendre contact avec moi pour prétendre vouloir vérifier la teneur de leurs  informations qui ne sont qu’allégations, ignorant sciemment un des critères de base de la qualité de l’information: l’impartialité », dit-il


Moustapha Mamy Diaby promet toutefois de ne pas s’en tenir qu’à la dénonciation des auteurs des rumeurs dont il a fait l’objet.  Il entend aussi les poursuivre, promet-il. « A ma demande, mon avocat a saisi, comme le prévoit la loi dans ce type de cas, la Haute autorité de la communication (HAC) et  le tribunal pour obliger les signataires des différents articles mensongers à présenter la preuve de leurs allégations ou en assumer les conséquences », conclut-il

Balla Yombouno

628742308

Print Friendly, PDF & Email
commentaires