Ultimate magazine theme for WordPress.

ASSEMBLEE NATIONALE : la nouvelle loi sur la CENI adoptée

50

Réunis en session plénière  ce jeudi 5 juillet 2018,  les députés  guinéens  ont adopté  la nouvelle loi sur la CENI.  Nouvelle loi composée de  5 titres et 29 articles.

En son article 18, la nouvelle loi dispose que le bureau exécutif de la CENI  est composé  d’un président, de  deux vice-présidents, d’un rapporteur et d’un questeur.

Parmi les modifications apportées par la nouvelle mouture, il y a qu’au niveau central, la CENI comprend  dix-sept (17) membres  répartis comme suit : deux (2) désignés par les organisations de la société civile ; un (1) désigné par l’administration, quatorze (14) désignés par les partis politiques dont sept (7) par les partis politiques de la mouvance présidentielle et sept (7) autres par ceux de l’opposition.

De même, selon les nouvelles dispositions, les partis politiques habilités à désigner  des commissaires à la CENI doivent satisfaire aux critères ci-après : avoir participé aux deux dernières élections nationales (législatives et présidentielle) précédant  la mise en place de la CENI, avoir au moins  deux députés à l’Assemblée nationale.

S’il n’en est pas tout à fait satisfait, Amadou Damaro Camara, le chef de la majorité présidentielle, dit se contenter de cette nouvelle loi. «   J’avoue que nous n’avons pas a eu ce qu’on voulait, mais nous avons eu ce qu’on pouvait ». L’idéal, à l’en croire, était d’avoir une CENI totalement technique, les suspicions et de la méfiance entre les acteurs politique, ne peuvent pas « permettre une CENI totalement technique… », reconnaît-il.


Ainsi donc, dit-il, même s’il n’est «  certainement pas parfait, le nouveau texte permet au moins d’avoir des élections beaucoup plus apaisées ». Poursuivant, Amadou Damaro Camara décline les autres innovations dont la loi est porteuse : « Nous avons modifié la structure des démembrements pour une meilleure représentativité, non seulement au niveau des communes urbaines et rurales, mais aussi au niveau des districts et des sous-préfectures. Nous avons reconduit les CEPI, les CEAMI dans les ambassades pour que la couverture soit totale. Et nous avons tenu à ce que ces démembrements soient composés, à chaque niveau, par les représentants des parties prenantes au processus électoral ».

Balla Yombouno, depuis l’Assemblée nationale 

Print Friendly, PDF & Email
commentaires