Ultimate magazine theme for WordPress.

Attaque en règle – Le gouvernement italien tape sur les journaux

9

Luigi Di Maio, l’un des deux poids lourds du gouvernement populiste italien, est parti en guerre contre les journaux, menaçant de leur retirer la publicité des sociétés publiques. «Les journaux polluent désormais chaque jour le débat public et le pire, c’est qu’ils le font grâce, également, à l’argent de la collectivité», a dénoncé cette semaine sur Facebook le chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème).

Dans le prochain budget italien, «nous allons prévoir une réduction des contributions publiques indirectes à la presse et nous sommes en train de préparer une lettre aux sociétés dans lesquelles l’État détient des participations pour leur demander d’arrêter de payer les journaux» en achetant des espaces publicitaires, a-t-il prévenu. À l’instar de son fondateur Beppe Grillo, le M5S est convaincu que les médias classiques souhaitent l’échec de leur expérience gouvernementale en alliance avec la Ligue de Matteo Salvini.

M. Di Maio et les ministres M5S communiquent essentiellement via Facebook et Twitter, ne manquant jamais de critiquer la presse traditionnelle. «Ce n’est pas du journalisme, c’est juste de la propagande visant à défendre les intérêts d’une petite élite qui pense pouvoir continuer à faire la pluie et le beau temps», s’est ainsi emporté le jeune vice-Premier ministre de 32 ans, également ministre de l’Emploi et du Développement économique. Et d’ajouter: «je ne lis pas les journaux italiens pour m’informer, mais seulement pour comprendre comment ils veulent nous attaquer».

Une posture critiquée

M. Di Maio, qui n’a effectué qu’un mandat de député dans les rangs de l’opposition avant d’arriver au pouvoir, «n’est pas habitué à la pression de la presse et au fait que la presse est libre», assure Raffaele Lorusso, secrétaire général de la Fédération nationale de la presse italienne (FNSI). M. Di Maio et son allié Matteo Salvini «privilégient les réseaux sociaux car ainsi, ils parlent directement à leurs sympathisants et peuvent dire n’importe quoi», ajoute-t-il.

À longueur de journée, les deux hommes multiplient les vidéos sur Facebook et les messages sur Twitter. Dans une récente interview, M. Salvini a affirmé qu’une de ses vidéos postées sur Facebook avait été vue par huit millions de personnes, «un chiffre bien plus important que ce que j’aurais obtenu avec un média traditionnel». Le président italien Sergio Mattarella a ainsi pris samedi la défense de la presse en soulignant que «la liberté sans condition de la presse constitue une clé de voûte et un élément fondamental de la démocratie», dans un message adressé à des journaux siciliens.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires