Ultimate magazine theme for WordPress.

Au Maroc – Le TGV «le plus rapide d’Afrique» a été inauguré

5

Le président français Emmanuel Macron et le roi Mohammed VI ont inauguré, jeudi, la ligne à grande vitesse Tanger-Casablanca, présentée comme «la plus rapide d’Afrique». La nouvelle ligne LGV, qui devrait être ouverte aux voyageurs d’ici la fin du mois, court de Tanger à Casablanca sur 350 km, dont 180 à 320 km/h, reliant les deux pôles économiques en 2h10 au lieu de 4h45 actuellement.

Les deux chefs d’Etat ont partagé un déjeuner de travail à bord du train flambant neuf, après leur départ de l’immense gare rénovée de Tanger, grand hub maritime entre Afrique et Europe. Le premier TGV marocain est baptisé «Al Boraq» en référence à une fantastique monture ailée de la tradition islamique.

Chantier lancé en 2011

Le lancement de la LGV est vue côté français comme une occasion de mettre en valeur le savoir-faire des entreprises. Pour le Maroc, qui veut se positionner comme un «hub africain», ce grand projet ouvre «la voie de la modernité, du développement et du progrès technologique», selon la MAP. Un total de 70 milliards de dirhams (environ 6,5 mds EUR), dont le tiers pour la seule LVG, ont été investis ces dernières années pour la modernisation du réseau ferroviaire marocain, selon les chiffres officiels.

Le Maroc est «parti d’un réseau des années 80 pour un réseau du XXIe siècle avec une technologie de pointe», a déclaré à l’AFP le PDG de la compagnie ferroviaire française SNCF, Guillaume Pépy. «C’est une véritable fierté d’avoir transféré la totalité de nos savoir-faire en dix ans». Des centaines d’ouvriers se sont affairés jusqu’à la dernière minute pour terminer le chantier qui avait été lancé en septembre 2011 par le président de l’époque, Nicolas Sarkozy, et avait reçu la visite en septembre 2015 de François Hollande.

La compagnie marocaine ONCF table sur six millions de passagers après trois ans d’exploitation. Le coût de la LGV, financé à 50% par la France via différents prêts, s’élève à environ 23 milliards de dirhams (2 mds EUR), soit environ 15% de plus que les estimations initiales, mais très en deçà des coûts moyens européens.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires