Ultimate magazine theme for WordPress.

Au Mexique – Le procès El Chapo met en lumière la corruption

12

Jesus Zambada, frère d’Ismael “Mayo” Zambada, codirigeant en cavale du cartel d’El Chapo, a expliqué comment les responsables de cette organisation criminelle versaient des pots-de-vin aux responsables policiers et judiciaires mexicains pour protéger l’acheminement de tonnes de cocaïne colombienne vers les États-Unis. Zambada a raconté comment il a personnellement soudoyé le patron du ministère de la Justice à Mexico, la police fédérale en charge des transports, l’ancien secrétaire à la Sécurité publique du Mexique, et “également Interpol” (organisation internationale de coopération policière). L’avocat de El Chapo, Jeffrey Lichtman, a de son côté accusé l’ancien président Felipe Calderon (2006-2012) et son successeur, Enrique Peña Nieto, d’avoir reçu de l’argent du cartel de Sinaloa, mais tous deux ont démenti ces accusations. El Chapo, l’un des narcotrafiquants les plus célèbres au monde, est accusé notamment d’avoir expédié 155 tonnes de cocaïne aux États-Unis et risque la prison à vie.

Si les analystes estiment qu’il est difficile de prouver que des pots-de-vin ont pu être perçus par des présidents et des autorités fédérales de haut rang, la corruption des autorités locales est en revanche avérée. “La corruption au sein des gouvernements des États et des municipalités est endémique”, commente à l’AFP Mike Vigil, ancien agent de la DEA, l’agence antidrogue américaine. “Ils contrôlent la police d’État et la police municipale, donc les mafieux les paient pour protéger les cargaisons”, ajoute-t-il. À plusieurs reprises les autorités locales mexicaines, principalement des gouverneurs, ont été accusées d’avoir touché des pots-de-vin de la part du crime organisé ou d’entretenir des liens avec les trafiquants de drogue. “Il n’y a pas un trafiquant qui ne soit pas couvert par les autorités. Pour ce type de crime, vous avez besoin de la protection des autorités, des militaires, de la marine, de la police et, bien sûr, des fonctionnaires”, indique à l’AFP, José Reveles, journaliste et auteur de plusieurs ouvrages sur le narcotrafic mexicain.

Prouver de telles accusations est difficile

Un des cas les plus connus est celui de Mario Villanueva, gouverneur de l’État de Quintana Roo (est) entre 1993 et 1999, où est située la célèbre station balnéaire de Cancun sur la côte caraïbe, et qui purge actuellement une peine de prison pour ses liens avec le narcotrafic. Tomás Yarrington, ancien gouverneur de l’État de Tamaulipas, dans le nord-est du Mexique, a lui été extradé cette année vers les États-Unis, accusé de trafic de drogue, de blanchiment d’argent et de fraude bancaire. Son successeur, Eugenio Hernandez, est quant à lui emprisonné dans une prison de cet État, accusé de détournement de fonds et de détention de fonds d’origine illégale. Les relations entre autorités locales et narcotrafiquants semblent tellement évidentes qu’elles ont atteint le monde des séries télévisées. Dans la série “Narcos”, diffusée sur Netflix, Miguel Angel Félix Gallardo, l’un des premiers trafiquants de drogue du pays, interprété par l’acteur mexicain Diego Luna, y rencontre le gouverneur de l’État de Sinaloa, le fief de El Chapo. L’accusation selon laquelle les présidents Felipe Calderon et Peña Nieto auraient reçu des pots-de-vin ont suscité de vifs démentis de la part des intéressés.

Ces accusations “sont absolument fausses et irresponsables”, a réagi M. Calderon sur Twitter, tandis que le porte-parole de la présidence mexicaine rappelait que le président mexicain sortant avait traqué et extradé El Chapo. Prouver de telles accusations est difficile, car les narcotrafiquants corrompent les autorités “avec de l’argent liquide”, explique M. Vigil, et il n’en reste donc aucune trace. Pour l’analyste de la sécurité Alejandro Hope, si un président veut s’enrichir, “il n’est pas logique d’opter pour la seule forme de corruption qui importe aux États-Unis, et qui consiste à recevoir de l’argent du trafic de drogue”. Parmi les rares cas impliquant des autorités mexicaines de haut-rang figure celui du général Mario Acosta Chaparro. Accusé en 2002 d’entretenir des liens avec le cartel de Juarez, il a été emprisonné puis libéré quelques années plus tard. Ce haut-gradé a finalement été abattu en 2010 dans un quartier à la mode de Mexico par un homme qui, selon la version des autorités, voulait lui voler sa montre.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires