Ultimate magazine theme for WordPress.

Au Royaume-Uni – L’idée d’un autre vote sur le Brexit fait son chemin

48

Un nouveau référendum sur le Brexit? L’idée s’impose de plus en plus comme une alternative à l’accord signé par la Première ministre Theresa May, promis à un cuisant échec au Parlement, mais sa mise en œuvre pourrait relever d’une gageure, estiment des analystes. «Il y a une dynamique croissante derrière la campagne pour un deuxième référendum, et cela deviendra une option sérieuse si l’accord de Theresa May est rejeté à la chambre des Communes», estime Constantine Fraser, spécialiste en politique européenne au cabinet TS Lombard. «Je ne dirais pas que c’est probable mais plutôt qu’il s’agit plutôt d’une possibilité qui gagne du terrain».

Theresa May est engagée dans une course contre-la-montre, pour convaincre des députés britanniques très sceptiques que l’accord de divorce négocié avec les 27 autres pays de l’Union européenne est «le meilleur» et «le seul possible». À ce stade, elle semble très loin de rassembler le nombre de voix nécessaires à l’adoption du texte le 11 décembre, confrontée à l’hostilité tant des Brexiters craignant un amarrage illimité du Royaume-Uni avec l’UE que des europhiles, qui voient peu d’intérêt à sortir du club européen.

Problème de timing

Dernier en date à claquer la porte du gouvernement en désaccord avec l’accord de divorce avec l’UE, le secrétaire d’État chargé de la Science, Sam Gyimah, a prévenu samedi qu’il voterait contre le texte. Si elle essuie un échec, Theresa May pourrait jouer la carte de la peur et obtenir in fine le soutien des députés lors d’un nouveau vote, en brandissant la menace de chaos pour le Royaume-Uni en cas de départ sans accord le 29 mars 2019, analyse Nick Wright, de l’University College de Londres. Mme May exclut catégoriquement la tenue d’un second référendum, y voyant «une trahison» du choix exprimé par 52% des Britanniques en faveur d’une sortie de l’UE, en juin 2016.

Il n’empêche, l’idée gagne du terrain.Un sondage publié cette semaine par le Daily Mail montre que 48% des Britanniques réclament un nouveau vote. Les propos du président du Conseil européen, Donald Tusk, sont également venus renforcer ces espoirs. Un rejet de l’accord ne laisserait que deux options, selon lui: «un no deal ou pas de Brexit du tout». Reste qu’outre les divergences sur la formulation de la question d’un nouveau référendum, c’est aussi le calendrier qui pose problème. Le Royaume-Uni a activé le 29 mars 2017 l’article 50 du traité de Lisbonne, enclenchant un processus de sortie. Il pourrait aussi plaider pour une extension de ce délai, le temps de sonder ses électeurs. Mais avec les élections européennes fixées à fin mai, Londres pourrait ne gagner que quelques semaines supplémentaires. Insuffisant.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires