Ultimate magazine theme for WordPress.

Au Yémen – Les rebelles gèlent les opérations militaires

7

Soutenues par une coalition menée par l’Arabie saoudite depuis 2015, les forces progouvernementales cherchent à chasser les rebelles Houthis des vastes territoires qu’ils ont conquis en 2014, notamment la capitale Sanaa et la ville portuaire de Hodeida, plongeant le pays dans une guerre dévastatrice. Même s’ils ont perdu du terrain, en particulier dans le sud, les insurgés opposent une farouche résistance, en tirant notamment des missiles sur l’Arabie saoudite voisine. Dans un communiqué sur son compte Twitter, Mohammed Ali al-Houthi, chef du Conseil suprême révolutionnaire des rebelles, a indiqué que la direction des Houthis avait pris “l’initiative d’appeler les parties (…) yéménites (NDLR: rebelles) à donner des instructions pour une cessation des tirs de missiles (…) sur les pays agresseurs”, en référence notamment à Riyad. Cette décision a été prise “afin de faire échouer toute justification pour la poursuite de l’agression ou du blocus” de la coalition sur le pays, a-t-il ajouté.

Ce chef rebelle a en outre appelé les dirigeants de la rébellion à confirmer leur disposition “à geler et cesser les opérations militaires sur tous les fronts pour parvenir à une paix juste”. La guerre au Yémen a fait quelque 10 000 morts et engendré la pire crise humanitaire actuelle dans le monde selon l’ONU. Des responsables humanitaires estiment que le bilan des victimes directes ou indirectes du conflit est largement plus élevé. Dans son communiqué, Mohammed Ali al-Houthi précise que son appel vise à “soutenir les efforts” de l’émissaire de l’ONU Martin Griffiths et à prouver les “bonnes intentions” des insurgés. L’appel intervient après un contact entre les rebelles et M. Griffiths et “sa demande de cesser les lancements de missiles et de drones”, selon lui. Dimanche soir, le “ministre des Affaires étrangères” des rebelles, Hicham Charaf, avait rencontré Nicholas Davies, un responsable au sein de l’équipe de l’émissaire de l’ONU, selon l’agence de presse des rebelles Saba. L’entretien a porté sur “les efforts de l’émissaire pour lancer le processus politique et les négociations afin de parvenir à la paix au Yémen”. L’ONU et la communauté internationale doivent “opter pour la voie politique pour mettre un terme à l’effusion de sang et la destruction”, a déclaré M. Charaf cité par Saba.

Un projet de résolution sur le Yémen

Après avoir tenté sans succès en septembre d’organiser des négociations à Genève, M. Griffiths avait dit vendredi devant le Conseil de sécurité de l’ONU son “intention de réunir à nouveau les parties rapidement en Suède”. “Je pense que nous sommes proches de surmonter les obstacles afin que cela puisse se faire.” Aucune date n’a cependant été évoquée pour ces pourparlers. Selon lui, la coalition militaire antirebelles menée par les Saoudiens a accepté des “arrangements logistiques” afin d’ouvrir la voie à des discussions, y compris sur des évacuations médicales de Sanaa. M. Griffiths avait également annoncé qu’un accord sur un échange de prisonniers était proche d’être conclu, un nouveau signe que des mesures renforçant la confiance mutuelle étaient prises en amont des discussions à venir. Il a aussi proposé de voyager avec la délégation rebelle en Suède “si cela (était) nécessaire”. Les efforts de M. Griffiths avaient échoué en septembre à Genève: après avoir posé des conditions à leur présence, les Houthis n’avaient finalement pas fait le déplacement, de peur notamment qu’on ne les laisse pas rentrer dans le pays après.

La Grande-Bretagne doit présenter lundi devant le Conseil de sécurité un projet de résolution sur le Yémen, afin de soutenir son initiative. Ryad s’est déclaré en faveur de ces efforts de paix. Sur le terrain, un calme relatif règne à Hodeida selon un correspondant de l’AFP depuis la pause décidée le 14 novembre par les forces loyalistes qui mènent depuis juin une offensive pour reprendre aux Houthis cette ville stratégique. Les rebelles ont fait état lundi via leur chaîne Al-Massirah de sept raids aériens de la coalition au cours des dernières 24 heures sur des secteurs proches de Hodeida et d’un raid sur la ville même ainsi que quatre raids contre des cibles dans la province de Saada, fief des Houthis au nord de Sanaa. Ils ont par ailleurs rapporté des combats près de Sanaa. Selon l’agence WAM des Émirats arabes unis, autre pilier de la coalition militaire anti-rebelles, des combattants progouvernementaux ont fait état de la découverte dans une mosquée de Hodeida d’un site de fabrication de mines appartenant aux Houthis.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires