Ultimate magazine theme for WordPress.

Australie – Elle survit 6 jours dans la fournaise du désert

23

Brooke Phillips revient de loin. De très loin même. Cette femme de 40 ans a réussi à survivre à l’enfer de l’outback australien pendant 6 jours après un accident. Et, autre miracle, le chien et le chat qui l’accompagnaient ont aussi survécu, raconte le journal anglais Metro.

Que s’est-il passé? La quadragénaire a expliqué qu’elle roulait dans l’outback australien, à 1 500 km de Perth, avec ses deux compagnons, quand elle a mal négocié un virage et s’est retrouvée en panne avec un véhicule accidenté. Ne réalisant pas combien de temps elle risquait d’être immobilisée loin de toute civilisation, elle boit la première nuit tout son ravitaillement en eau, soit un demi-litre, persuadée qu’on allait très vite la retrouver.

L’eau des essuie-glaces

Mais elle se rend vite compte que personne ne passe dans la région et qu’il va falloir trouver des solutions pour survivre dans la chaleur qui grimpe vite à plus de 35 degrés la journée. Brooke Philipps a alors l’idée de tremper des bouts de t-shirt dans l’eau des essuie-glaces pour pouvoir boire le liquide.

Elle se met aussi à rationner ses maigres provisions, de la sauce pour pâtes, de la crème de noix de coco, une boîte de tomates, du jus de citron et du sirop. Elle recouvre aussi sa voiture de tissus et de chiffons pour tenter de garder un minimum de fraîcheur sous le soleil. Elle garde espoir. Mais personne ne vient. A bout de forces et persuadée qu’elle allait mourir, elle finit par boire sa propre urine. Et le miracle finit par avoir lieu. Le 6e jour, c’est sa fille de 16 ans qui la retrouve enfin. Elle faisait partie d’une équipe partie à sa recherche et qui n’a jamais baissé les bras.

Selon un inspecteur de police de Blackstone, Brooke Philipps a eu beaucoup de chance dans son malheur. Heureusement, elle a eu le bon réflexe de rester dans sa voiture, a-t-il souligné. Quant à son état de santé, elle s’en est étonnamment bien sortie, selon l’hôpital où elle a été conduite. Depuis sa mésaventure, la quadragénaire a retenu la leçon. Elle ne se déplace plus sans emporter au moins 20 litres d’eau avec elle.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires