Ultimate magazine theme for WordPress.

Aux Pays-Bas – Deux ados arméniens évitent l’expulsion

5

Leur demande d’asile ayant été refusée, Howick, 13 ans, et sa sœur Lili, 12 ans, devaient quitter les Pays-Bas samedi afin de rejoindre leur mère en Arménie. Mais les enfants ont disparu soudainement vendredi soir après avoir été vus pour la dernière fois dans la ville de Wijchen, au sud-est des Pays-Bas, a indiqué la police qui tente de les retrouver depuis. Face à cette situation, le secrétaire d’État néerlandais à la Justice Mark Harbers «a décidé, tout bien considéré, que les enfants peuvent rester aux Pays-Bas», a déclaré le ministère dans un communiqué envoyé à l’AFP.

«Les autorités concernées s’efforcent de savoir si les enfants sont maintenant en sécurité et où ils se trouvent», a ajouté le ministère. Howick et Lili, qui ont grandi aux Pays-Bas, sont arrivés dans le pays en 2008 avec leur mère, Armina Hambartsjumian. Sa demande d’asile ayant été refusée, cette dernière a été expulsée en 2017. Soutenant qu’elle était incapable de s’occuper de ses enfants en Arménie, Mme Hambartsjumian avait caché Howick et Lili avant d’être expulsée, refusant de révéler aux autorités néerlandaises l’endroit où ils se trouvaient.

Mobilisation pour les deux enfants

Les deux enfants avaient été retrouvés et confiés à une famille d’accueil. Ils avaient à nouveau disparu la semaine dernière, après avoir vu leur demande d’asile aux Pays-Bas déboutée par le plus haut tribunal administratif du pays. Ils étaient finalement réapparus trois jours plus tard.

La décision surprise de Mark Harbers met fin à un feuilleton qui a profondément ému les Néerlandais, des centaines de personnes s’étant mobilisées afin qu’Howick et Lili soient autorisés à rester aux Pays-Bas. Le ministère de la Justice rappelle cependant que le gouvernement néerlandais et les autorités arméniennes ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour assurer un accueil de qualité aux adolescents une fois en Arménie. “L’Arménie est un pays sûr où les enfants peuvent être réunis avec leur mère”, a estimé le ministère.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires