Ultimate magazine theme for WordPress.

Bagarre à Orly – Booba et Kaaris se renvoient la faute

13

“Moi, je cherchais à aller prendre mon avion c’est tout”, a expliqué Elie Yaffa, de son vrai nom Booba, 41 ans, à la barre. Le tribunal correctionnel de Créteil (Val-de-Marne) a longuement décortiqué plusieurs extraits de vidéosurveillance de l’aéroport et certaines vidéos diffusées par des témoins de la rixe sur les réseaux sociaux. Sur l’une d’elles, on y voit Booba poser son sac en salle d’embarquement et avancer en direction du côté du hall où est Kaaris. Son rival se lève et s’approche de Booba, avec deux amis et un cousin. Booba fait un léger écart, continue d’avancer. Kaaris recule puis Booba lui assène un coup de pied et la bagarre démarre.

“J’ai essayé d’éviter le groupe”, a assuré Booba. “Je pouvais dire que j’étais encerclé et c’est pour ça aussi que j’ai posé mon sac, pour pouvoir éventuellement me défendre”. Le rappeur a assuré avoir frappé car il se sentait “menacé”. “Je le touche pas avec mon premier coup, c’est un coup d’intimidation pour empêcher qu’il m’attaque”, a-t-il plaidé. Le “duc de Boulogne” a également été questionné sur une vidéo tournée par une fan, où on le voit déclarer : “c’est la garde à vue qui m’attend”, quelques moments avant la rixe. “Ce n’est pas sur un ton sérieux”, a rétorqué Booba. “C’est un mauvais pressentiment. (…) Je l’ai vu qui me fixait avant même d’avoir passé le portique, ça sentait pas bon”.

“N’y avait-il pas moyen que cela se termine autrement?”, a interrogé la juge. “J’aurais bien aimé”, a répliqué Booba. “C’est vraiment pas ma faute, j’avais pas le choix madame”, a répondu Kaaris. “J’ai agi par légitime défense du début jusqu’à la fin”, a juré le rappeur de Sevran. Selon Kaaris, Booba lui aurait lancé: “lève-toi, salope !” “Je me lève, c’est une erreur. Mais je me lève parce que prendre des coups assis, c’est plus grave que prendre des coups debout”, a-t-il expliqué. “L’entrée dans l’avion n’est pas dans ma direction”, a assuré Kaaris. “S’il voulait vraiment prendre son avion, c’était de l’autre côté”. Les deux rappeurs sont jugés pour violences aggravées et vols en réunion, avec neuf membres de leurs clans respectifs impliqués dans la rixe. Tous risquent jusqu’à 10 ans de prison.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires