Ultimate magazine theme for WordPress.

Bataille juridique – Le Brexit peut-il être arrêté par la justice?

18

Le processus du Brexit déclenché par Londres, sur la base d’un article du traité européen, peut-il être annulé? La question a été au cœur d’une audience, mardi, devant la Cour de justice de l’UE, saisie après une requête d’élus écossais opposés à la sortie du Royaume-Uni de l’Union. Il s’agit du fameux article 50 qui permet à un État membre de signifier son souhait de quitter l’UE. La Première ministre britannique Theresa May l’a activé le 29 mars 2017, enclenchant officiellement le processus de sortie qui doit être bouclé au bout de deux ans, le 29 mars 2019.

L’objectif des sept hommes et femmes écossais à l’origine de la procédure est de stopper le processus avant cette échéance, ce à quoi le gouvernement britannique est opposé. «Il est essentiel qu’un État membre puisse choisir de révoquer son retrait de l’UE sans avoir besoin d’un accord unanime des autres États membres», a plaidé devant les juges de la CJUE l’avocat des Écossais, Me Aidan O’Neill. Deux membres du Parlement britannique opposés au Brexit se sont joints à l’action. Ils estiment qu’il faut aujourd’hui prendre en compte la volonté d’un grand nombre de leurs concitoyens de rester dans l’UE

Procédure accélérée

«Une décision démocratique de renverser la vapeur ne peut pas être ignorée tout simplement parce qu’elle vient après l’envoi de la notification au titre de l’article 50», a estimé Me Gerry Facenna, le conseil de ces deux parlementaires. Face à eux, l’avocat du Royaume-Uni et de l’Irlande du Nord a souligné que la demande devait être jugée irrecevable par la juridiction de Luxembourg. «Le Royaume-Uni n’a pas l’intention de révoquer sa notification», a dit Lord Keen of Elie. Selon lui, les requérants veulent «des munitions politiques» à utiliser «afin de faire pression» avant le vote du Parlement britannique sur l’accord de divorce qui est prévu pour le 11 décembre.

La Cour de justice de l’UE, réunie mardi en assemblée plénière avec 26 juges, a été saisie par la justice écossaise dans le cadre d’une procédure accélérée. Si elle juge l’affaire recevable, elle rendra un arrêt qui devra être pris en compte par la justice écossaise. La requête des Écossais est examinée au moment où les 27 membres restant dans l’UE viennent de conclure avec Londres un accord de divorce, validé dimanche, à l’occasion d’un somment de chefs d’État ou de gouvernement.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires