Ultimate magazine theme for WordPress.

Brexit – La police craint des «troubles» civils

17

La police britannique se prépare à d’éventuels «troubles» civils au Royaume-Uni si le pays quitte l’Union européenne sans accord en mars 2019, selon un document confidentiel publié dimanche par The Sunday Times. Selon ce document, la police craint que des pénuries de nourriture et de biens, dont des médicaments, puissent entraîner un «désordre civil menant à des troubles généralisés». Ces derniers pourraient s’étendre sur «trois mois» avant et après la date du Brexit, fixée au 29 mars 2019 à 23h.

Le document a été rédigé par le Centre de coordination de la police nationale, chargé de coordonner les moyens policiers en cas d’événement de grande envergure ou de crise nationale. Il met en garde également contre une hausse de la criminalité, notamment les vols et les vols à main armée, et souligne que «la nécessité de requérir l’assistance de l’armée est une vraie possibilité».

Toutes les éventualités

Interrogé sur la BBC, le ministre de l’Intérieur Sajid Javid a dit ne pas s’attendre à une absence d’accord avec Bruxelles. «Mais nous devons nous préparer à toutes les éventualités», a-t-il ajouté.

Londres et Bruxelles sont censés parvenir à un accord d’ici au sommet européen des 18 et 19 octobre pour pouvoir organiser leur divorce, mais les négociations patinent, suscitant des craintes d’une absence d’accord. L’UE a ouvert la porte à une prolongation des négociations jusqu’à mi-novembre.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les derniers commentaires

commentaires