Ultimate magazine theme for WordPress.

Brexit – Theresa May met en garde contre un rejet de l’accord

4

La Première ministre britannique Theresa May a prévenu dimanche les députés qu’un rejet de l’accord de Brexit négocié avec l’UE constituerait «une rupture de confiance catastrophique» dans la démocratie, deux jours avant un vote crucial sur ce texte au Parlement. La chambre des Communes votera mardi sur cet accord de Brexit longuement et difficilement négocié, mais le traité a de fortes chances d’être rejeté.

«Mon message au Parlement ce week-end est donc simple: il est temps d’arrêter de jouer et de faire ce qui est juste pour notre pays», a insisté la dirigeante dans le tabloïd eurosceptique Sunday Express. Si le traité est recalé, le Royaume-Uni risque de quitter l’UE sans accord le 29 mars, synonyme de rupture brutale, redoutée par les milieux économiques, ou au contraire de ne pas quitter du tout le bloc européen, a averti Mme May. Face à l’hostilité des députés, la cheffe de l’exécutif cherche auprès de ses partenaires européens des «assurances» susceptibles de les convaincre, notamment sur le caractère temporaire du «backstop» irlandais.

Modification des règles?

Cette solution de dernier recours, décriée par les Brexiters, doit éviter le retour d’une frontière physique entre l’Irlande et la province britannique d’Irlande du Nord si aucune solution alternative n’était trouvée à l’issue d’une période de transition. Ces assurances seront obtenues «peu avant le vote», a assuré une porte-parole du gouvernement, laissant entendre qu’elles seraient exposées lundi.

Mais selon le Sunday Times, un groupe de députés de tous partis œuvre à modifier les règles de fonctionnement de la chambre des Communes pour permettre à leurs motions de prévaloir sur les propositions du gouvernement, qui perdrait alors sa «capacité à gouverner» en cas de rejet de l’accord. Selon le journal, Downing Street est préoccupé par cette éventualité, estimant qu’elle permettrait aux parlementaires de retarder le Brexit en suspendant l’article 50 du Traité de l’UE régissant le part d’un État membre, voire de faire marche arrière sur le Brexit.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les derniers commentaires

commentaires