Ultimate magazine theme for WordPress.

Brexit – Theresa May va retourner négocier à Bruxelles

11

La Première ministre britannique Theresa May, dont le projet d’accord sur le Brexit négocié avec l’Union européenne est très contesté, a indiqué dimanche qu’elle retournerait discuter à Bruxelles cette semaine. Après une «semaine difficile» de son propre aveu, avec plusieurs défections au sein de son gouvernement en raison de désaccords sur le compromis trouvé, Theresa May a déclaré que les sept prochains jours allaient être cruciaux. «Il y a en effet plus de négociations en cours et rien n’est convenu tant que tout n’est pas convenu», a-t-elle déclaré dans une interview à la chaîne de télévision Sky news.

Après avoir décroché un projet d’accord sur le Brexit, annoncé mercredi soir, la cheffe du gouvernement britannique va retourner à Bruxelles pour discuter de la relation future entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Elle a indiqué qu’elle rencontrerait le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Fragilisée par des départs au sein de son gouvernement, dont celui de son ministre du Brexit, motivés notamment par le sort particulier réservé à la province britannique d’Irlande du Nord après la sortie de l’UE prévue le 29 mars 2019, Theresa May est en outre menacée d’un vote de défiance.

Celui-ci serait déclenché s’il est demandé par 15% du groupe tory au Parlement, soit 48 députés. «De ce que j’en sais, ce seuil n’a pas été atteint», a déclaré la Première ministre, ajoutant qu’un changement de leader ne «faciliterait pas les négociations». Au sein même de son gouvernement, un groupe de cinq ministres eurosceptiques tente de la persuader de modifier son projet d’accord sur le Brexit, selon les médias britanniques. Andrea Leadsom, la ministre chargée des Relations avec le Parlement, a estimé samedi que le gouvernement britannique pouvait «obtenir plus» de Bruxelles. Le chef du Labour, principal parti d’opposition, Jeremy Corbyn a prévenu dimanche que son parti ne voterait pas pour le texte qui doit être présenté au Parlement britannique en décembre.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires