Ultimate magazine theme for WordPress.

Bus de Dortmund – Prison à vie pour l’auteur présumé de l’attaque?

5

Le représentant de l’accusation, Carsten Dombert, a estimé que Sergueï Wenergold, 28 ans, s’était rendu coupable de plusieurs tentatives d’assassinat en agissant de la sorte. Le verdict devrait être rendu la semaine prochaine. L’accusé a reconnu avoir fait exploser trois bombes le 11 avril 2017, au passage du bus de l’équipe de Dortmund, qui se rendait au stade pour jouer un match de Ligue des champions contre Monaco.

Mais il a assuré n’avoir voulu tuer personne, sans donner dans le même temps de motif clair pour son action. Un argument rejeté par le procureur, selon lequel son but était bien de tuer le plus de joueurs possibles pour faire chuter le cours en bourse de l’action du Borussia, contre laquelle il avait spéculé à la baisse, et ainsi s’enrichir.

Plusieurs joueurs traumatisés

Juste après l’attentat, l’enquête s’est d’abord orientée vers le terrorisme islamiste, sur la foi de lettres laissées sur place par l’auteur pour induire la police en erreur. Puis vers les pistes de l’extrême droite et de l’extrême gauche allemandes. Finalement, la police est remontée jusqu’au jeune homme qui, le jour des faits, avait résidé dans l’hôtel des joueurs de Dortmund et avait une formation en électro-technique lui permettant de confectionner les explosifs.

Les engins remplis de clous, cachés dans une haie, étaient mal positionnés et n’ont fait au final que deux blessés, le défenseur espagnol Marc Bartra, et un motard de l’escorte de police touché aux tympans par le souffle d’une explosion. Plusieurs joueurs de Dortmund, dont Marc Bartra au premier chef, sont venus témoigner à la barre pour dire à quel point l’attentat les avait traumatisés. L’accusé a vécu en Russie jusqu’à l’âge de 13 ans avant de venir en Allemagne.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires