Ultimate magazine theme for WordPress.

Cameroun : Samuel Kéda et Jean Mbarga, les deux archevêques que tout oppose

67

Mgrs Jean Mbarga et Samuel Kléda, respectivement archevêque de Yaoundé et de Douala, incarnent deux conceptions radicalement différentes du rôle de l’Église.


Ce n’est pas encore une querelle ouverte, mais on n’en est pas loin. Mgr Jean Mbarga, l’archevêque de Yaoundé, et Samuel Kléda, son alter ego de Douala, se divisent à propos de l’attitude que devrait selon eux observer l’Église catholique au lendemain de la présidentielle du 7 octobre, où Paul Biya a été réélu avec 71,28 % des voix, alors que Maurice Kamto, arrivé en deuxième position avec 14,23 %, revendique la victoire. Faut-il se taire ou dénoncer les irrégularités qu’ont relevées, parmi d’autres, les observateurs de l’Église ?


>>> À LIRE – Présidentielle camerounaise : Paul Biya, jusqu’à quand ?


Samuel Kléda n’est pas homme à dissimuler ses états d’âme. Lors d’une conférence de presse, le 23 octobre, il a mis les pieds dans le plat : « Cette élection [suscite] des interrogations. Si je prends le cas de l’Extrême-Nord, dire que ces gens qui souffrent […] ont voté à 89 % pour [les dirigeants actuels] me pose sérieusement problème. Je regarde aussi la zone anglophone, où les pourcentages en faveur du parti au pouvoir sont très élevés. Alors qu’on n’a pas pu faire campagne dans ces deux régions, d’où viennent ces pourcentages ? Cela veut dire que tous les problèmes que nous cherchions à résoudre avant l’élection [demeurent] et ne trouveront pas de solutions », a-t-il lancé.

Les électeurs de l’opposition ont assimilé cette neutralité à un soutien tacite au maintien du statu quo

commentaires