Ultimate magazine theme for WordPress.

CARBURANT : il était une fois…la protestation à l’hémicycle

99

Il n’y a pas que dans les rues de Conakry où la hausse du prix du carburant fait jaser. Elle s’est ainsi invitée hier dans l’enceinte de l’hémicycle, en marge de la clôture de la session des lois.  Un sit-in y a été organisé par des jeunes activistes de la société civile. De rouge vêtus et munis de pancartes, ils ont pris d’assaut l’entrée de la salle dans l’optique de se faire entendre par les parlementaires.

Tout au plus quinze minutes, c’est le temps qu’a pris la manifestation. Mais ce fut amplement suffisant pour se faire remarquer. D’autant que sur les pancartes que brandissaient quelques-uns, les messages étaient sans équivoque : ‘’Non à l’augmentation du prix du carburant ! Nous refusons de payer le prix de la mauvaise gouvernance ! Prix du carburant 8000 GNF !’’

A en croire Abdourahmane Bella Bah, à la suite de l’augmentation du prix du carburant, le mouvement ‘’non à l’augmentation du prix du carburant’’ est né de manière quasi naturelle. Poursuivant, il donne les objectifs du sit-in : «  Nous sommes là pour interpeller les élus du peuple par rapport  à l’augmentation fantaisiste du prix du  carburant à la pompe,  qui va avoir un impact réel  sur le coût de la vie du pauvre citoyen », a expliqué  Abdourahamane Bella Bah,  porte-parole des manifestants.


 Selon lui,  le prix du baril,  au mois de mars dernier,  était à 66 dollars. «  Aujourd’hui il est à 77 dollars et le gouvernement a fait une  augmentation  de  25% », affirme-t-il. A son avis,  cet état de fait relève du  manque de respect des autorités à l’endroit des citoyens. «  Nous sommes là pour dire aux députés que nous ne sommes  pas d’accord » a –t-il conclu

Balla Yombouno

Print Friendly, PDF & Email
commentaires