Ultimate magazine theme for WordPress.

CAS DIARAYE : ENFIN UNE LIBERTÉ PROVISOIRE

72

Malgré la libération de son tuteur qu’elle accuse de viols en la personne de Mamadou Oury Baldé depuis le 17 mai dernier, ce n’est que le 20 juin dernier que Diaraye a bénéficié de la même sentence. Cette décision est le fruit d’un combat rude déclenché par « collectif d’associations engagées pour le respect des droits des femmes incarcérées » après la découverte de sa grossesse. Ce collectif constitués d’activistes et d’ONG s’est inscris, en collaboration avec son avocate, dame Halimatou Camara, dans une série de plaidoyer allant de l’institution nationale indépendante des droits humains au ministère de la justice, en passant par celui de la paix et de l’unité nationale. Pour en parler, le collectif a tenu une conférence de presse ce 22 juin à la  » maison du citoyen  » sis à Kipé.

S’exprimant au nom du collectif, Barry Mariama Kesso, membre de l’ONG Profemmes, est revenue sur l’objectif des démarches menées jusque-là << c’est pour demander un aménagement de ses conditions afin de lui garantir une situation de grossesse décente et un minimum de sécurité pour accueillir cet être vulnérable qui, jusque-là, n’est coupable de rien >>.

Le collectif affirme garder secret le domicile de refuge de Diaraye Baldé pour des raisons de sécurité avant d’en venir aux perspectives << le collectif compte donc dans les prochains jours également, soutenir la plainte de Diaraye Baldé pour les violences sexuelles qu’elles auraient subi pendant plusieurs années >> renchérit-elle.

Le collectif a également salué l’implication de toute ces personnes qui ont manifesté leur soutien à la future maman, mais aussi des personnalités qui continuent à s’investir pour son bien être << la liberté est une chose, mais la prise en charge est une autre chose. Aujourd’hui, elle bénéficie d’une prise en charge totale de suivi médical jusqu’à l’accouchement >> a précisé Ibrahima Diallo, président de l’ONG protégeons les droits humains.

Pour rappel, Fatoumata Diaraye Baldé est incarcérée à la sûreté depuis novembre 2017 suite à une plainte de son tuteur qu’elle accuse à son tour de viols ayant entraîné sa grossesse qui date de 8 mois maintenant.

Hawa Bah

Print Friendly, PDF & Email
commentaires