Ultimate magazine theme for WordPress.

Césarienne : plus de risque d’obésité et d’asthme pour l’enfant

111

Des chercheurs de l’université d’Edimbourg ont passé en revue les données de 80 études, correspondant à 29 millions de naissances. Ils montrent que la césarienne accroît le risque d’asthme et d’obésité chez l’enfant et de complications lors d’une grossesse ultérieure pour la mère.

Depuis une trentaine d’années, il y a de plus en plus de césariennes dans le monde. En France, une naissance sur cinq en moyenne a lieu par césarienne, ce qui la situe plutôt dans la moyenne basse de l’Europe. Les disparités sont importantes entre les différents pays européens comme l’a montré une étude de 2015 : par exemple, en Italie, les césariennes représentent 38 % des naissances ; le maximum est enregistré à Chypre (52 %) et le minimum en Islande (15 %).

Pour cette méta-analyse, les chercheurs ont épluché les résultats d’un essai clinique randomisé contrôlé et de 79 études d’observation. En tout, 29.928.274 personnes étaient concernées. Les résultats ont montré que les enfants nés par césarienne avaient 21 % de risque en plus de souffrir d’asthme à douze ans et 59 % de risque en plus d’obésité à cinq ans.

Ces résultats peuvent s’expliquer par le fait que la césarienne influence le développement du système immunitaire et de la flore intestinale des enfants. De plus, certaines femmes ont recours à la césarienne parce qu’elles sont elles-mêmes obèses.

Plus de complications lors de la grossesse qui suit la césarienne

L’étude a aussi trouvé que les femmes qui ont eu une césarienne ont plus de risque de souffrir de complications lors d’une grossesse ultérieure : + 17 % de risque d’avoir un enfant mort-né, + 27 % de risque de fausse couche, + 74 % de risque de placenta praevia (localisation anormale du placenta), + 38 % de risque d’hématome rétroplacentaire (décollement du placenta avant la naissance). Quant au risque de placenta accreta, une insertion anormale du placenta qui se place trop profondément, jusque dans le myomètre, il est même triplé lors de la grossesse suivant la césarienne.

Mais cette recherche a aussi mis en évidence que la césarienne semble limiter le risque d’incontinence urinaire de 56 % et de prolapsus vaginal (descente d’organes) de 29 %. Suite à la publication de ces résultats dans PLOS Medicine, Stefan Hansson, professeur de gynécologie et d’obstétrique à l’université de Lund a réagi dans un article de The Conversation.

Il s’inquiète notamment des conclusions qui laissent penser que la césarienne soit un moyen d’éviter des problèmes tels que l’incontinence urinaire ou la descente d’organes. D’après lui, les réseaux sociaux, les magazines, ont tendance à véhiculer l’idée que la césarienne prévient ce type de problèmes, ce qui contribue à un accroissement de la demande pour des césariennes.

Or ces problèmes pelviens peuvent être traités. C’est tout l’objet de la rééducation du périnée. Les risques que fait courir la césarienne sur une grossesse ultérieure (fausses couches, placenta praevia, placenta accreta…) doivent aussi être pris en considération.

Ce qu’il faut retenir

  • De plus en plus de césariennes sont pratiquées dans le monde.
  • La césarienne augmente le risque d’obésité et d’asthme chez l’enfant.
  • Elle accroît aussi le risque de fausse couche ou d’anomalies du placenta lors de la grossesse suivante chez la mère.

Cela vous intéressera aussi

Notre second cerveau responsable de l’obésité ?  Raphaël Moriez, neurobiologiste à l’université de Nantes, explique le lien qu’il vient de découvrir avec ses collègues entre le système nerveux entérique, aussi appelé « second cerveau », et l’obésité. © Inserm 

commentaires