Ultimate magazine theme for WordPress.

CONAKRY : la grève réveille les récriminations des boulangers

125

Par endroit, le pain, un des aliments les plus consommés par les Guinéens commencent à manquer à Conakry. En cause, bien entendu, l’augmentation anarchique du prix de la farine sur le marché, consécutivement à la hausse du prix du carburant à la pompe. Mais pas que. De fait, les boulangers mettent aussi l’occasion à profit pour ramener au-devant du débat des problèmes qu’on croyait résolus, dont la qualité et le poids de la farine.

« C’est El hadj Oumar Sacko qui a dit aux boulangers de fermer », explique Mamadou Adama Diallo, signataire d’un communiqué en vertu duquel les boulanger s’étaient engagés à ne pas aller en grève. Une accusation que le mis en cause réfute énergiquement. Pour sa part, El hadj Sako, le président de l’Union des boulangers et pâtisseries de Guinée, estime que les raisons du débrayage de fait que certains boulangers sont à chercher ailleurs. Notamment, déclare-t-il : « es fours sont restés fermés parce qu’il y a manque de farine ». Il en veut pour preuve la réunion de ce vendredi autour du ministre du commerce où la question a de nouveau été abordée. « On a trouvé une solution pour que tout le monde travaille. On a ouvert trois magasins de relais, un à Dixinn, le deuxième  à Taouyah et le troisième à Gbessia ».

Au moment où mettions cette dépêche en ligne, des informations faisaient état du souhait de certains membres de l’Union d’aller à un congrès. Ceux-là estiment que le président actuel  n’œuvre pas suffisamment à la promotion et à la défense de leurs intérêts.

Hawa Bah

Print Friendly, PDF & Email
commentaires