Ultimate magazine theme for WordPress.

Conflit syrien – Le musée de Damas rouvre six ans après

74

La Syrie a rouvert dimanche une aile de son célèbre musée national des antiquités à Damas, après six ans de fermeture à cause de la guerre civile. Pour la première fois depuis 2012, la grande porte à deux battants du bâtiment a été ouverte dans ce haut lieu de la culture et de l’histoire fondé en 1920. Les objets exposés dimanche appartiennent à différentes périodes, «de la préhistoire à l’ère islamique», a indiqué un responsable de la direction générale des antiquités (DGA), Ahmad Dib. Les autorités travaillent en vue de la réouverture prochaine de tout le musée.

Situé dans le centre de Damas, le musée a été fermé un an après le début de la guerre alors que la capitale, restée relativement à l’abri des bombardements, était devenue la cible de tirs rebelles de plus en plus fréquents. De crainte que le musée ne soit endommagé ou pillé, de nombreuses pièces ont été transférées vers des lieux sûrs. Les jardins du musée sont toutefois restés ouverts au public.

La Syrie abrite plus de 700 sites archéologiques, dont beaucoup ont été détruits, endommagés ou pillés depuis le début de la guerre. Tous les belligérants sont accusés d’avoir pris part au pillage massif. Parmi les plus célèbres, figure notamment l’ancienne ville de Palmyre, classée au patrimoine mondial. Les forces du régime l’ont reprise au groupe Etat islamique (EI) l’an dernier. En octobre 2015, le groupe extrémiste avait réduit en poussière le célèbre Arc de triomphe de cette cité historique. À partir de 2012, le département des musées ont stocké quelque 300 000 objets ainsi que des milliers de manuscrits provenant des quatre coins de Syrie dans des lieux protégés des incendies, bombardements et inondations.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires