Ultimate magazine theme for WordPress.

Corée du Nord – Une délégation de Séoul s’est rendue à Pyongyang

21

Une délégation sud-coréenne de haut rang s’est entretenue mercredi avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Chung Eui-yong, le conseiller à la sécurité nationale du président sud-coréen Moon Jae-in, parti au Nord avec quatre autres émissaires, avait expliqué au préalable qu’il entendait discuter des façons de «mener à bien la dénucléarisation» de la péninsule coréenne et d’établir «une paix durable».

La délégation a «rencontré le président Kim Jong-un, lui a remis une lettre personnelle (de M. Moon) et a échangé des points de vue», a déclaré un porte-parole de la présidence sud-coréenne. Les Sud-Coréens repartiront dans la soirée pour Séoul après un banquet, a-t-il ajouté, sans autre précision.

Au cours d’un sommet historique, le 12 juin, à Singapour, le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un étaient parvenus à un compromis très vague en faveur d’une «dénucléarisation complète de la péninsule coréenne», dont les modalités et le calendrier ont été repoussés à des négociations de suivi.

Au point mort

Cette promesse était loin de l’objectif initial des États-Unis, à savoir une «dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible». De plus, ce processus entre Washington et Pyongyang est actuellement au point mort, comme l’a montré l’annulation surprise au dernier moment, le mois dernier par M. Trump, d’un voyage en Corée du Nord de son secrétaire d’État Mike Pompeo. L’objectif officiel de la visite au Nord d’une délégation sud-coréenne est de définir les détails de l’organisation d’un nouveau sommet entre Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in, qui est censé avoir lieu ce mois-ci et serait le troisième depuis la fin avril.

Mais des spécialistes du dossier coréen estiment que M. Chung est probablement porteur d’une proposition pour sortir de l’impasse sur la question de la dénucléarisation. Washington appelle, de fait, la communauté internationale à maintenir la pression et les sanctions tant que Pyongyang n’aura pas abandonné ses armes nucléaires. Plusieurs rapports, de l’ONU comme de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), ont confirmé que le régime nord-coréen poursuivait des activités nucléaires.

(L’essentiel)

commentaires