Ultimate magazine theme for WordPress.

Côte d’Ivoire : les huit circonscriptions qui posent problème à la Cour suprême

42

Un électeur signe devant des assesseurs, en 2010. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Votes empêchés, fraudes, opacité dans la compilation des procès-verbaux, violences… Alors que les électeurs ivoiriens de huit circonscriptions sont appelés à retourner aux urnes dimanche 16 décembre pour des élections partielles, on en sait plus sur les motifs qui ont poussé la chambre administrative de la Cour suprême à y invalider les scrutins municipaux ou régionaux.


Le 30 novembre, à l’issue de deux audiences, Pierre Claver Kobo, président de la chambre administrative de la Cour suprême et ses treize collègues magistrats chargés de trancher le contentieux électoral, ont procédé à l’annulation des scrutins du 13 octobre 2018 dans huit circonscriptions : Bingerville, Booko, Grand-Bassam, Lakota, Rubino, Port-Bouët pour les élections municipales ; Guémon et Lôh-Djiboua pour les régionales.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.


commentaires