Ultimate magazine theme for WordPress.

DESTITUTION DE KELEFA SALL : l’OGDH dénonce un vice de procédure

11

La destitution de Kelefa Sall ne laisse pas  indifférent l’Organisation de défense des Droits de l’Homme (OGDH). Ce lundi 17 septembre, à l’occasion d’une conférence de presse, elle a dénoncé ce qu’elle a appelé un « vice de procédure » dans la démarche des conseillers frondeurs. En l’occurrence, il faut dire que l’OGDH n’a pas identifié qu’un seul vice…

A l’entame de son propos, El Hadj Malal, qui assure la présidence par intérim de l’organisation dit « Si les hommes qui dirigent nos institutions ne sont pas à la hauteur de leur tâche, ils risquent de nous mener dans un chemin incertain ».  Il ajoute : « ce que nous constatons, c’est le fait que 8 sur 9 conseillers arrivent à se coaliser contre un. Pour nous, c’est une unanimité qui cause problème. Nous constatons aussi qu’il y a un phénomène de domestication des institutions et cela est vraiment dommage. » 

Pour Me Fréderic Loua, aucune procédure n’a été respectée pour démettre Kéléfa Sall. «Dans l’ordre normal des choses, il y une numérotation chronologique des actes que pose la Cour Constitutionnelle, et le numéro de l’arrêt qui révoque Kelefa Sall est faux. Deuxièmement, l’arrêt qui a été rendu n’a pas été signé par le greffier en chef et d’ailleurs qui était même absent lors de leur réunion. Cet arrêt relève d’une fausseté manifeste.»


De  son coté, Souleymane Bah, secrétaire général de l’OGDH  a rappelé le rôle dévolu à la cour constitutionnelle  en tant que gardienne de la constitution et garant du fonctionnement correct des institutions étatiques. Selon lui,  toute décision ou tout acte visant à la  fragilisation de cette haute juridiction constitue un péril pour la démocratie en Guinée. « Les derniers actes de la cour constitutionnelle, en l’occurrence  la motion de défiance  du 5 septembre 2018 et l’arrêt du 12 septembre 2018, violent catégoriquement les textes, notamment les dispositions de l’article 158 de la nouvelle Loi organique sur la Cour suprême», a-t-il dit.

Ibrahima Kindi BARRY

Print Friendly, PDF & Email
commentaires