Ultimate magazine theme for WordPress.

DIPLOMATIE : le président namibien attendu à Conakry

10

Le président namibien, Hage Geingob, est attendu à Conakry ce mardi 18 septembre 2018 pour une visite de travail et d’amitié. Selon la formule consacrée, cette  première visite du chef de l’Etat  s’inscrit dans le cadre du « raffermissement de lien d’amitié et de fraternité entre la Guinée et la Namibie« . 

Mais vu que cette formule ne peut révéler grand-chose quant au mobile réel de la visite du président namibien, on ne peut que se perdre en conjecture.  D’autant que la Namibie et la Guinée ne sont pas connus pour être des partenaires proches. On sait simplement qu’Alpha Condé et Hage Geingob ont des réactions similaires face à ce qu’ils conçoivent comme une sorte condescendance de la part des puissances occidentales. C’est ce pourquoi le président guinéen avait, du temps où il était président en exercice de l’Union africaine, appelé à rompre le « cordon ombilical » avec la France, l’ancienne métropole. Dans la même veine, le dirigeant namibien, profitant d’un sommet régional qu’il a récemment accueilli, s’était vertement élevé contre ceux qui critiquent le manque d’alternance démocratique en Afrique. « On demande aux Africains ce qu’on ne demande pas aux autres« , s’était-il alarmé. Autant dire que sous cet aspect le déplacement du président namibien n’a rien de rassurant pour les Guinéens.

Heureusement que ce n’est pas le seul aspect qui peut inspirer la Guinée de la part de la Namibie. En effet, de nombreux organismes classent de manière quasi-systématique depuis quelques années la Namibie dans le peloton de tête des pays d’Afrique subsaharienne en termes de gouvernance, de respect de l’État de droit, de droits de l’Homme et de liberté de la presse. De même, outre la sécurité et la lutte contre la corruption, le pays reste très apprécié pour son engagement en faveur de la protection de l’environnement, notamment en inscrivant celle-ci dans la Constitution.


La Guinée et la Namibie ont par ailleurs en commun le fait que leurs économies respectives reposent sur l’exploitation minière. Ce qui, pour chacun d’eux ne permet pourtant pas de résoudre l’épineuse question de la pauvreté.

Gilles Mory Condé

Print Friendly, PDF & Email
commentaires