Ultimate magazine theme for WordPress.

DOSSIER DU PORT : Cheick Touré déféré

18

C’est désormais chose faite. Le secrétaire général du syndicat du port autonome de Conakry, Cheick Touré, a été déféré ce mercredi 19 septembre 2018, à la maison d’arrêt de Conakry pour être placé en détention provisoire, sous instruction du magistrat instructeur. C’est son avocat même qui a fait l’annonce. Il est poursuivi pour diffamation et dénonciation calomnieuse à l’encontre du chef de l’Etat et de son fils.  Me Salifou Béavogui promet néanmoins d’utiliser toutes les dispositions légales appropriées pour obtenir très rapidement d’abord, sa remise en liberté et éventuellement, l’abandon des poursuites. Car, dit l’avocat, « les faits dont il est accusé ne sont pas établis« . 

La décision de déférer Cheick Touré a été prise à la suite de son audition, ce matin, par le procureur de la République. « Dans son pouvoir d’opportunité de la poursuite et de possibilité d’orientation ou de mode de saisine, le procureur de la République a décidé d’ouvrir une information judiciaire, donc de saisir un juge d’instruction. Pour ce faire et conformément aux dispositions  du code de  procédure pénale notamment l’article 60 et  suivants, M. le procureur de la République a pris son réquisitoire, il a transmis le dossier à Mme la présidente du tribunal de première instance de Kaloum pour désignation d’un juge…  » a annoncé Me Salifou Béavogui. Qui a toutefois tenu à préciser: « Devant le juge d’instruction, nous avons soulevé l’obstacle  juridique à la poursuite; autrement dit, nous avons opposé l’immunité parlementaire, parce que mon client est bénéficiaire d’un arrêt de la Cour constitutionnelle qui lui confère la qualité de député  à l’Assemblée nationale en attente d’installation au mois d’octobre, en sa qualité de suppléant« .

Mais le juge a fait le choix d’aller outre cette exception. En conséquence, poursuit l’avocat: « le doyen des juges d’instruction, après l’avoir inculpé pour des faits précités, a décidé de le placer en détention provisoire , en dépit de notre demande de maintien en liberté. Parce que nous avons estimé que notre client bénéficie de la présomption d’innocence, les faits n’étaient pas établis pour les avoir contestés depuis le départ, et nous avons sollicité humblement de Monsieur le juge d’instruction d’accepter que M. Cheick Touré soit en liberté, en attendant la suite de la procédure . Hélas, nous n’avons pas été suivis par le magistrat instructeur qui a finalement décidé de placer M. Cheick Touré en détention provisoire ».


Mais Me Salifou Béavogui est catégorique. La  détention  de son client est  contraire à la loi. Conséquemment, il entend dans toutes prochaines heures introduire un appel pour que « la procédure soit déclenchée, en attendant que la chambre de contrôle de l’instruction de la cour d’appel se prononce sur la mise en détention provisoire de  notre client« .

D’ici là, il assure que son client, « serein et tranquille, ne se reproche rien. Il clame son innocence, il pense qu’il est victime d’arbitraire », conclut-il.

Balla Yombouno

Print Friendly, PDF & Email
commentaires