Ultimate magazine theme for WordPress.

Drame aux Pays-Bas – «Elle criait que les freins ne fonctionnaient pas»

46

La mort de quatre enfants jeudi dans une collision entre un train et un vélo triporteur sur le chemin de la garderie vers l’école bouleversait les Néerlandais, voyant le «cauchemar de tous les parents» devenir réalité. Le drame, survenu lors d’une scène banale au pays du vélo, où des millions d’enfants se rendent à l’école à bicyclette, a suscité une immense vague d’émotion. Le Premier ministre néerlandais et le couple royal ont exprimé leur douleur et leur soutien aux familles.

Les drapeaux sont en berne dans la ville d’Oss, au sud des Pays-Bas où, pour des raisons encore inconnues, le vélo triporteur a été heurté avec cinq enfants à son bord par un train de type TER sur un passage à niveau gardé, tuant quatre des jeunes passagers.

Trois familles touchées

Le cinquième enfant et l’accompagnatrice de la garderie qui conduisait l’engin ont été transportés à l’hôpital dans un état critique, a indiqué la police lors d’une conférence de presse.

Les enfants se trouvaient dans une caisse montée à l’avant d’un vélo triporteur électrique, où le conducteur se tient debout, un modèle spécialement conçu pour les transports extrascolaires. Ces engins peuvent transporter jusqu’à dix enfants. Âgés de 4 à 11 ans, les cinq jeunes et l’enfant grièvement blessé étaient issus de trois familles différentes.

L’accompagnatrice venait de déposer des élèves et se rendait à une deuxième école primaire lorsque le drame a eu lieu, peu avant 8h30. «C’est le pire cauchemar de tous les parents», a déclaré auprès de la télévision publique NOS Edwin Renzen, fondateur de la société qui fabrique les engins, de la marque Stint.

Les images du drame analysées

Un témoin de l’accident a déclaré au Telegraaf que la conductrice n’était pas parvenue à éviter la collision: «J’ai entendu la femme crier que les freins ne fonctionnaient pas.» Des faits corroborés par un autre témoin, qui explique à RTL Nieuws que le vélo n’avait pas ralenti à l’approche du passage à niveau et que la pauvre femme «avait probablement eu des problèmes de freins».

Des informations que la police n’a pas pu confirmer mais qui sont prises au sérieux par les enquêteurs. «Ceci fait partie de l’enquête», a indiqué devant les journalistes Dianne van Gammeren, chef de la police locale.

Les images filmées par une caméra montée à l’avant du train, qui transportait 57 passagers au moment du drame, sont également analysées. Une cellule psychologique a été mise en place pour donner assistance aux témoins de l’accident, dont plusieurs enfants, a indiqué la police.

«Profondément touché»

«C’est une journée terriblement noire. Nous n’avons jamais connu cela», a déclaré le directeur de ProRail, gestionnaire des voies ferrées néerlandaises. «C’est un jour de deuil et de tristesse», a-t-il poursuivi, annonçant l’ouverture d’une enquête interne afin «de faire le maximum» pour qu’un tel drame «ne se reproduise plus». «Chaque foyer est touché» par ce drame, a déclaré devant les journalistes la maire d’Oss, Wobine Buijs.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte s’est dit, dans un tweet, «profondément touché» par «l’horrible accident», et a souhaité aux proches et aux familles des jeunes victimes «beaucoup de courage et de force pour surmonter cette lourde perte».

«Les mots manquent» également au couple royal. «Nos pensées vont vers les familles qui ont perdu leurs enfants dans ce terrible drame», a tweeté la reine Maxima.

(L’essentiel/afp)

commentaires