Ultimate magazine theme for WordPress.

Drame familial aux États-Unis – Sa maîtresse confie: «Le viol le faisait fantasmer»

25

Christopher Watts est accusé d’avoir tué sa femme Shannan, enceinte de 15 semaines, et leurs deux filles de 3 et 4 ans, Bella et Celeste. Dans cette affaire qui passionne les États-Unis depuis bientôt un mois, le trentenaire continue d’affirmer qu’il a étranglé son épouse parce que celle-ci venait de donner la mort aux deux fillettes. Pas grand monde ne croit cependant en cette version et trois chefs d’accusation pour meurtre au premier degré pèsent contre l’Américain de 33 ans. Watts doit encore faire savoir s’il plaide coupable ou non-coupable, et les résultats des autopsies n’ont pas encore été révélés.

Tôt dans leur enquête, les policiers avaient découvert que ce père de famille modèle avait une liaison avec une de ses collègues. Il semble par ailleurs que Christopher Watts collectionnait les conquêtes. L’une d’entre elles, qui a vécu une idylle avec le suspect en mai et juin de cette année après l’avoir rencontré sur Tinder, s’est confiée à Radar Online. La jeune femme, qui souhaite rester anonyme, explique qu’elle ne savait pas que son partenaire était marié et père de famille. Au fil de leur relation passionnelle, elle a cependant commencé à se douter qu’elle n’était pas la seule personne à partager son lit.

«Il essayait de m’étrangler»

Quand elle repense à ses parties de jambes en l’air avec Watts, la jeune femme ne peut s’empêcher de trembler: «Il plaçait ses mains autour de ma gorge pendant l’acte. Maintenant que je sais qui il est, cela me donne des frissons. Je n’ose même pas y penser», confie-t-elle. En dehors du lit, le trentenaire avait un comportement normal, selon elle. Mais dans les moments intimes, il devenait quelqu’un d’autre: «Il essayait de m’étrangler. Cela me terrifiait. Il avait des fantasmes de viol. Il était très animal». La jeune femme conclut: «Il n’était pas le genre de mec à faire des câlins devant un film».

Selon les enquêteurs, Watts appréciait autant la compagnie des hommes que celle des femmes. En attendant sa prochaine apparition au tribunal au mois de novembre, l’Américain a été placé à l’isolement et sous protection antisuicide.

(L’essentiel/joc)

commentaires