Ultimate magazine theme for WordPress.

[Édito] Libreville Parano

89

Alors qu’Ali Bongo Ondimba est au Maroc pour y poursuivre sa convalescence, le théâtre d’ombres qu’est devenu la scène politique gabonaise se révèle dans la capitale, où la guerre des clans bat son plein.


Ali Bongo Ondimba a donc quitté Riyad ce 28 novembre dans la soirée. Dans l’avion qui l’emmenait à Rabat, où l’aile d’un hôpital militaire a été spécialement aménagée pour sa convalescence, avaient pris place son médecin personnel, deux autres médecins, marocains ceux-là, dépêchés par Mohammed VI, ainsi qu’une équipe saoudienne.

Rabat a finalement été préféré à Londres, pourtant choisi à l’origine, grâce à un intense lobbying du roi et après d’âpres discussions dans l’entourage du chef de l’État gabonais.

Ce dernier se remet peu à peu de l’AVC qui l’a frappé le 24 octobre. Il semble avoir toute sa conscience et s’exprimer sans difficulté notable. Mais il faudra un jour faire la lumière, toute la lumière sur l’absence d’Ali Bongo Ondimba et sur les tensions qui enflamment les coulisses du pouvoir, à Libreville.

Dans le cas du Gabon, la situation a très vite tourné à l’ubuesque

Les

commentaires