Ultimate magazine theme for WordPress.

En 2018 – Les catastrophes naturelles ont moins tué

73

Les catastrophes naturelles ont coûté plus cher en 2018 que la moyenne des trente dernières années mais ont fait moins de victimes, explique le géant allemand de la réassurance Munich Re, dans une étude dévoilée mardi. La facture s’est établie l’an dernier à 160 milliards de dollars de dégâts, loin des 350 milliards de 2017 liés à une saison exceptionnellement chargée en ouragans, calcule le groupe bavarois.

Mais ce chiffre dépasse la moyenne des 30 dernières années, soit 140 milliards de dollars, et «la moitié des dommages étaient assurés», occasionnant des pertes «nettement supérieures à la moyenne de long terme» pour le secteur de l’assurance, explique Munich Re. Les États-Unis ont ainsi souffert des incendies dévastateurs de l’automne en Californie, qui ont coûté 24 milliards de dollars, ainsi que des deux ouragans Florence et Michael, qui ont occasionné 30 milliards de dollars de dommages.

53 000 mort par an en moyenne

Pour Munich Re, les violents départs de feu «apparaissent de plus en plus fréquents, en raison du changement climatique», et nécessitent à la fois des «actions» de prévention et une possible révision des modèles des assureurs. Le risque croissant d’incendies préoccupe d’autant plus le groupe que «la multiplication des habitations en lisière de forêt» implique «un immense coût humain et financier», selon Ernst Rauch, responsable du département Climat et géosciences du groupe.

Au total, les catastrophes naturelles ont tué 10 400 personnes l’an dernier, avec un pic de 2 100 victimes lors du tsunami du 28 septembre à Palu, en Indonésie. Ce bilan est très inférieur à la moyenne annuelle de 53 000 victimes lors des 30 dernières années, souligne néanmoins Munich Re. «Globalement, les mesures destinées à protéger les vies humaines commencent à avoir un effet», explique le réassureur.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires