Ultimate magazine theme for WordPress.

En Allemagne – À 95 ans, un ex-SS est mis en accusation

41

La justice allemande a ouvert la voie, vendredi, à un possible procès contre un ancien gardien de 95 ans du camp de concentration nazi de Mauthausen, pour complicité dans la mort de plus de 36 000 personnes.

L’homme présenté comme Hans H. a été mis en accusation par le parquet de Berlin dans cette affaire, a indiqué la justice locale. Il est soupçonné d’avoir été un membre des SS chargé de surveiller entre l’été 1944 et le printemps 1945 ce qui fut l’un des plus importants camps de travail construit par le régime nazi, situé dans le nord de l’Autriche.

Conditions «désastreuses»

Un tribunal berlinois doit désormais se prononcer sur l’ouverture d’un tel procès en vérifiant notamment si l’accusé est apte physiquement à comparaître. Il est accusé d’avoir «à travers son activité de gardien, voulu favoriser, ou du moins faciliter, les assassinats des détenus du camp, qui se sont produits des milliers de fois», explique le procureur Martin Steltner, dans un communiqué.

Ces gardiens «devaient empêcher l’évasion des prisonniers, si besoin en les tuant par arme à feu», ajoute la justice, qui précise que Hans H. était au courant des «différentes méthodes utilisées» pour tuer, tout comme des conditions de vie «désastreuses» des prisonniers. Parmi ces méthodes figuraient le gazage, des injections et fusillades.

Selon le quotidien Bild, le vieillard, qui vit aujourd’hui dans un quartier du sud de Berlin, se déplace parfois en déambulateur pour aller faire ses courses lui-même.

90 000 personnes décédées

Quelque 200 000 personnes, originaires de 40 pays, et juives pour un quart d’entre elles, ont été détenues entre 1938 et 1945, à Mauthausen, situé sur les collines de la rive nord du Danube, près de Linz, où Adolf Hitler allait à l’école. Environ 90 000 déportés sont morts dans le camp, succombant au travail dans les mines de granit, à la malnutrition ou à la maladie. D’autres ont été abattus par les gardes, pendus, étranglés ou battus.

Ces dernières années, l’Allemagne a jugé et condamné plusieurs anciens SS pour complicité de meurtre, illustrant la sévérité accrue, mais très tardive, de la justice allemande. Cependant, jusqu’ici, aucun n’est allé en prison en raison de leur état de santé. Actuellement, Johann Rehbogen, un ancien garde de 94 ans du camp de concentration de Stutthof, est jugé à Münster.

(L’essentiel/nxp/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires