Ultimate magazine theme for WordPress.

En Chine – 10 ans de prison pour des écrits homoérotiques

49

L’auteur, dont le nom de plume est Tianyi, a attiré l’attention des autorités après que l’un de ses livres, décrivant une relation sexuelle entre un professeur et son étudiant, “Gongzhan”, est devenu viral l’année dernière, a expliqué le journal. En plus de “Gongzhan”, Tianyi a diffusé quelque 7 000 livres “pornographiques”, la plupart liés à l’homosexualité, qui lui ont permis d’encaisser 150 000 yuans (18 930 euros) de “profits illégaux”, selon la police de Wuhu, une ville de la province de l’Anhui (est), citée par le Global Times. Elle a fait appel de sa condamnation prononcée le 31 octobre, selon des médias locaux.

La peine dont elle a écopée a été vivement critiquée sur le site de microblog chinois Weibo, dont bon nombre d’utilisateurs soulignaient qu’elle était aussi lourde que pour des crimes comme le viol – passible de 3 à 10 ans de prison. “Nous ne nions pas son crime, c’est juste que nous n’acceptons pas ce genre de jugement déraisonnable”, a écrit un utilisateur, s’attirant plus de 5 000 “j’aime” et 1 000 partages de son message. Les romans homoérotiques ne sont pas rares en Chine et sont facilement accessibles en ligne. Mais sont passibles de poursuites criminelles ceux qui retirent de leur production ou de leur diffusion plus de 50 000 yuans (6 300 euros). Le sujet peine en revanche à gagner le théâtre ou le cinéma.

Il est même proscrit à la télévision et sur les plateformes de streaming, même si l’homosexualité a cessé d’être officiellement considérée comme un crime en 1997 et comme une maladie mentale en 2001. Ces dernières semaines, Pékin a accru la répression des “publications illégales” en ligne, vaste catégorie incluant la pornographie comme les ouvrages “mettant en danger l’unité nationale” ou “perturbant l’ordre social”. Les autorités ont ainsi accru les récompenses pécuniaires pour ceux qui leur signalent des publications “illégales”: elles peuvent désormais atteindre jusqu’à 600 000 yuans (75 700 euros). L’Administration nationale du cyberespace a annoncé le 5 novembre avoir “nettoyé” 9 800 comptes sur les réseaux sociaux chinois, les accusant de propager des rumeurs ou informations “politiquement nocives”.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires