Ultimate magazine theme for WordPress.

En Chine – Une star en prison pour insulte à l’hymne national

73

Une jeune Chinoise, star de l’Internet, a été condamnée à cinq jours de prison pour avoir entonné les premières paroles de l’hymne national, une entorse à la loi qui peut désormais valoir trois ans derrière les barreaux. «Debout, peuple qui ne veut plus être esclave», a risqué sourire aux lèvres Yang Kaili, 21 ans, reprenant les tout premiers mots de l’hymne national chinois devant la caméra de son ordinateur, tout en imitant les gestes – plutôt désordonnés – d’un chef d’orchestre. Cette brève séquence, diffusée le 7 octobre sur le site Huya, spécialisé dans les vidéos en direct, a valu samedi à son auteur, cinq jours de détention administrative et le blocage de son compte, dont toutes les vidéos ont été retirées.

La jeune femme, qui a interprété «La marche des volontaires» avec des bois de cerf sur la tête, est l’une des très nombreuses stars qui hantent l’Internet chinois en diffusant des vidéos d’elles-mêmes en train de chanter, de raconter leur vie… ou de ne rien faire. Sa célébrité lui a valu d’être invitée en août dernier sur le plateau de la chaîne de télévision nationale CCTV. Elle a dû cette fois adresser une lettre d’excuses à ses 1,1 million d’admirateurs.

«L’hymne national est un chant solennel et je n’aurais pas dû le chanter depuis une chambre de vidéo en direct», a-t-elle écrit sur le réseau social Weibo. «Je vais arrêter mes activités de vidéo en direct, me rectifier, tirer les amères leçons de cette affaire, réfléchir sur moi-même et accepter pleinement d’être rééduquée en matière d’idéologie politique et de patriotisme», a ajouté Mme Yang. Le Parlement chinois a voté l’an dernier une loi punissant de trois ans de prison l’insulte à l’hymne national.

(L’essentiel/afp)

commentaires