Ultimate magazine theme for WordPress.

En Espagne – Accusé de plagiat, Sanchez contre-attaque

8

Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a dû se défendre avec virulence jeudi, face aux accusations de plagiat dans sa thèse, alors qu’un scandale de diplômes douteux n’en finit pas de secouer la classe politique. «Les informations apparues dans certains médias soutenant l’existence de plagiat dans la rédaction de ma thèse de doctorat sont absolument FAUSSES», a tweeté jeudi matin le socialiste. «J’entreprendrai des actions en justice, pour défendre mon honneur et ma dignité si ce qui a été publié n’est pas rectifié», a poursuivi Pedro Sanchez, dans un message d’une rare virulence. Le quotidien conservateur ABC l’accuse d’avoir eu recours au plagiat dans sa thèse de doctorat en économie, soutenue en 2012 à l’université privée Camilo José Cela, non loin de Madrid, et intitulée «Innovations de la diplomatie économique espagnole: analyse du secteur public (2000-2012)».

Alors inconnu du grand public, Pedro Sanchez aurait, selon ce journal, repris sans les citer des articles d’autres économistes, des rapports gouvernementaux et même le journal officiel espagnol. Afin de lever les soupçons, Sanchez, dont la thèse n’était pas jusqu’ici consultable en ligne contrairement à d’autres travaux universitaires, a annoncé quelques heures plus tard qu’il la rendrait «disponible dans sa totalité» dès vendredi. «Quel est le problème ?» a-t-il poursuivi sur Facebook en attaquant l’opposition de droite. «Parlons clair: le problème est que ceux qui gouvernaient il y a cent jours n’ont toujours pas compris qu’ils sont maintenant dans l’opposition» et mènent une «campagne de dénigrement de ma personne».

«Finissons-en avec les soupçons!»

Dans un communiqué, l’université dont est diplômé Pedro Sanchez a annoncé avoir examiné la procédure d’attribution de son doctorat et confirmé qu’elle s’était faite en respectant les «contrôles habituels en milieu universitaire». Mercredi, le chef du gouvernement avait eu des échanges tendus à la Chambre des députés avec le leader du parti de centre droit Ciudadanos, Albert Rivera, qui lui avait lancé: «Rendez votre thèse publique! Finissons-en avec les soupçons!». M. Rivera a évoqué ces soupçons alors que les révélations sur les diplômes de complaisance donnés à des personnalités politiques se sont multipliées ces derniers mois en Espagne, faisant tomber plusieurs d’entre elles.

Dernière victime en date, la ministre de la Santé de Pedro Sanchez, Carmen Monton, a démissionné mardi. Selon des médias, elle avait obtenu un master dans des conditions douteuses et eu recours au plagiat dans son mémoire de fin d’études. Avant elle, la présidente conservatrice de la région de Madrid, Cristina Cifuentes, avait également dû démissionner pour des accusations similaires sur son master. Et la justice enquête sur le parcours universitaire du président du Parti populaire (PP, droite) et chef de l’opposition Pablo Casado, également parsemé de zones d’ombre. Il a reconnu avoir obtenu un master dans la même université que Carmen Monton et Cristina Cifuentes , sans assister aux cours ni présenter de mémoire de fin d’études.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires