Ultimate magazine theme for WordPress.

En France – Ces habitants n’avaient pas de nom, c’est fini

99

Ils ont enfin un nom: «Aindinoises» et «Aindinois». Après deux mois de consultation populaire, le gentilé des habitants de l’Ain a été annoncé dimanche lors d’une fête de l’été dans les jardins du Département, à Bourg-en-Bresse. Sur sa page Facebook le conseil départemental avait posté dimanche une photo de ce rassemblement, vu du ciel, proclamant «Tous Aindinois».

Son président Jean Deguerry (LR) avait lancé cette consultation pour «valoriser le département» et «marquer sa volonté d’exister». Jusqu’à présent, les habitants se désignaient selon leur pays (Bressans, Dombistes, Bugistes…). Entre le 10 février et le 10 avril, ils ont pu voter pour départager les trois noms proposés par le comité de parrainage. Les autres propositions, Initiain/e et Ainain/e n’ont pas séduit les électeurs.

Le flou règne dans certains départements

Reste-t-il à ce jour des départements sans gentilé ? Dans nombre d’entre eux, le flou règne et plusieurs noms sont utilisés. Ainsi en Indre-et-Loire, les habitants se nomment «Tourangeaux», «Indroligériens» ou encore «Indréloiriens». Dans les Pyrénées-Orientales, ils se désignent comme «Catalans», «Pyrénéens-Orientaux», «Roussillonnais» ou, plus rarement, «Pyrénaliens». Contrairement aux gentilés adoptés par les communes, qui peuvent avoir parfois une forme surprenante ou pittoresque, comme les Berruyers à Bourges, les Ypsiloniens à Y (Somme) ou les Ponots et Ponotes au Puy-en-Velay, la plupart des gentilés départementaux sont directement dérivés du nom du département ou de l’ancienne province. C’est par exemple le cas pour les Charentais en Charente, les Vendéens en Vendée ou les Savoyards en Savoie.

Les autres gentilés départementaux sont issus d’une construction liée au nom du département, comme celui de Maralpins qui désigne les habitants des Alpes-Maritimes, Euréliens pour les habitants d’Eure-et-Loir, Tarn-et-Garonnais pour les habitants de Tarn-et-Garonne ou encore Loirétains pour les habitants du Loiret.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires