Ultimate magazine theme for WordPress.

En France – La porte-voix des policiers «en colère» est morte

53

Policière à la brigade anticriminalité dans les Yvelines, cette jeune femme de 36 ans a été découverte lundi, avec son arme de service, à son domicile de Carrière-sous-Poissy, selon une source proche de l’enquête. Une lettre a été retrouvée sur place et la piste du suicide est privilégiée.

Mme Biskupski s’était fait connaître en fondant l’association Mobilisation des policiers en colère (MPC) après la violente attaque au cocktail Molotov de deux véhicules de police à Viry-Châtillon (Essonne) le 8 octobre 2016. Deux policiers avaient été gravement brûlés, deux autres plus légèrement.

Une «engagée pour une cause»

Peu après cette attaque, une fronde policière spontanée était née, organisée grâce aux réseaux sociaux et sans les syndicats, inédite par son ampleur. Pendant quatre mois, brassard «police» au bras pour certains, visage caché pour la plupart, défilant la nuit à Paris ou en province malgré leur devoir de réserve, ils avaient incarné le «malaise» policier.

«C’était une engagée. On pouvait ne pas être d’accord avec elle (…) mais c’était une engagée pour une cause, celle de défendre les policiers, l’honneur des policiers, les moyens matériels des policiers», a réagi mardi sur BFMTV le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. Son activisme politique lui avait valu d’être visée avec trois collègues par une procédure de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour «manquements» au devoir de réserve.

(L’essentiel/afp)

commentaires