Ultimate magazine theme for WordPress.

En France – Le patron de l’AS Monaco inculpé pour escroquerie

43

Le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, patron de l’AS Monaco, a été inculpé mercredi à Monaco, comme trois autres personnes, dans le cadre de la retentissante affaire d’escroquerie présumée qui l’oppose à son ancien marchand d’art suisse Yves Bouvier, a-t-on appris de source judiciaire.

Le ou les chefs d’inculpation précis visant M. Rybolovlev n’ont pas été précisés. Il a été laissé libre et placé sous contrôle judiciaire, comme les trois autres inculpés: son avocate Tetiana Bersheda, et le fils et l’épouse de l’ex-garde des Sceaux de Monaco Philippe Narmino, a-t-on précisé au parquet de Monaco, confirmant une information de Nice-Matin.

D’autres opérations de police menées dans le cadre de cette enquête étaient en cours mercredi, a encore ajouté le parquet, sans plus de précision. M. Rybolovlev, placé en garde à vue mardi, a passé la nuit dans les locaux de la police, avait-on auparavant appris de source proche du dossier. En octobre 2017, il avait déjà été inculpé pour «complicité d’atteinte au droit au respect à la vie privée».

Une escroquerie à un milliard de dollars

Cette nouvelle inculpation intervient alors que le club dont le milliardaire russe est le propriétaire et le président est en plein marasme sportif: 19e de Ligue 1, l’ASM a enregistré mardi soir la plus lourde défaite de son histoire en Coupe d’Europe (0-4 face au FC Bruges), et est déjà éliminée de la Ligue des champions. «Les faits pour lesquels (M. Ryboloelev) est entendu reposent (…) sur l’exploitation du téléphone portable de son avocate», avaient précisé mardi dans un communiqué Mes Hervé Temime et Thomas Giaccardi, les avocats du Russe, dénonçant une violation du secret de l’instruction et appelé au respect de la présomption d’innocence.

Les deux avocats n’ont de cesse de dénoncer une atteinte au secret des correspondances de l’avocat: le portable de Me Tetiana Bersheda avait été saisi dans la bataille médiatico-judiciaire opposant M. Rybolovlev à M. Bouvier, le premier accusant le second de l’avoir escroqué d’un milliard de dollars, avec la complicité de leur amie commune Tania Rappo, en appliquant des marges exorbitantes lors de la vente de tableaux.

Départ du garde des Sceaux

À l’appui de cette plainte pour escroquerie déposée début 2015, Me Bersheda avait elle-même produit un enregistrement de Mme Rappo, contestée par celle-ci. Le juge d’instruction a alors fait extraire du téléphone l’intégralité des messages qu’il contenait, ce que les avocats de M. Rybolovlev considèrent comme illégal. «Un recours devant la cour de révision de Monaco est en cours à cet égard», ont-ils rappelé mardi.

Publiés dans la presse française, des SMS tirés du téléphone de Me Bersheda ont fait scandale à Monaco, semblant démontrer que M. Rybolovlev aurait profité des apparentes bonnes relations de son avocate avec les dirigeants de la police monégasque et avec Philippe Narmino, alors garde des Sceaux de la Principauté, pour piéger M. Bouvier.

L’exploitation du téléphone de Me Bersheda avait aussi entraîné l’ouverture d’une enquête et le départ anticipé du garde des Sceaux. Cette information judiciaire concerne notamment des faits supposés de trafic d’influence actif et passif, corruption active et passive, faux en écriture publique, usage de faux, violation du secret de l’enquête et blanchiment, a précisé le parquet de Monaco mercredi.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les derniers commentaires

commentaires