Ultimate magazine theme for WordPress.

En France – L’habit de sa fille de 11 ans «excitait» les garçons

28

En voyant sa fille de 11 ans rentrer de l’école mardi, Galliane n’en a pas cru ses yeux, ni ses oreilles. Partie le matin avec un simple short en jeans, l’enfant est revenue avec un vieux pantalon que la direction de l’établissement lui avait prêté. Que s’était-il passé? «La CPE (NDLR: conseillère principale d’éducation) l’a obligée à se changer car elle portait un short et que ça excite les garçons», fulmine l’habitante de Clermont-Ferrand sur Twitter.

«Je suis dans une colère noire! Quand allons-nous éduquer les garçons et arrêter de brimer les filles?», a tempêté la Française sur le réseau social. Selon elle, plusieurs écolières étaient en short mais deux ont été sommées de changer de tenue. En lieu et place, la fille de la Française a dû enfiler un jeans «dégueulasse et qui pue». Le règlement de l’école stipule que tous les élèves doivent «porter une tenue propre et décente et proscrire les vêtements négligés ou provocants». Or, selon Galliane, le jeans «immonde» prêté à sa fille enfreignait ces directives, contrairement à sa tenue d’origine. «Un short en jeans sur une gamine de 11 ans, ce n’est pas p*** de provocant!», s’emporte-t-elle.

La publication de la mère de famille a provoqué une foule de réactions contrastées. La plupart des internautes ont donné raison à Galliane, jugeant la décision de l’établissement «stupide», «débile» ou encore «traumatisante».

Certains estiment cependant que l’école, même si elle a fait un excès de zèle, a raison de surveiller la tenue de ses élèves.

D’autres trouvent qu’effectivement, un short n’est pas adapté pour aller à l’école.

Un peu dépassée par l’ampleur qu’a prise sa publication, Galliane s’est entretenue au téléphone avec la CPE. Celle-ci a expliqué que sa décision n’avait rien à voir avec la réaction des garçons mais qu’il s’agissait d’«habituer les élèves à avoir une tenue correcte, pour les habituer au monde du travail». Un argument qui n’a pas semblé convaincre la maman de la jeune fille.

(L’essentiel/joc)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires