Ultimate magazine theme for WordPress.

En France – Routes à 80 km/h: le nombre de morts baisse

93

Le nombre de morts sur les routes françaises a reculé en juillet. Le mois des départs en vacances est aussi marqué par l’abaissement à 80 km/h de la vitesse sur certains axes secondaires. «On peut penser que les 80 km/h ont joué un rôle mais il faut rester extrêmement prudent», a réagi vendredi auprès de l‘AFP le délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe.

Mesure controversée, la limitation de 90 à 80 km/h est en vigueur depuis le 1er juillet sur 400 000 kilomètres de routes à double sens sans séparateur central (barrière, terre-plein). En juillet, 324 personnes sont mortes sur les routes de France métropolitaine (344 en incluant l’Outre-mer), soit 19 de moins qu’en juillet 2017 (-5,5%), selon les données publiées vendredi par la Sécurité routière. Un chiffre qui s’inscrit dans la lignée des derniers mois, avec une chute de la mortalité routière en mai (-8,4%) puis en juin (-9,3%), même s’il s’accompagne de «mauvais résultats» concernant les cyclistes et les motos avec 97 motards et 29 cyclistes tués en juillet, souligne la Sécurité routière.

Un effet bénéfique sur la mortalité routière

Selon M. Barbe, il faudra attendre la fin de l’année pour connaître précisément l’impact des 80 km. Mais, selon lui, cette mesure annoncée le 9 janvier a déjà eu un effet bénéfique sur la mortalité routière. «C’est un phénomène assez connu. Quand la sécurité routière est très présente dans les débats, et c’est ce qui a été produit par les débats sur le 80 km/h, cela a un effet très positif sur l’accidentalité parce que ça conduit les usagers de la route à être plus prudents», explique-t-il à l’AFP

Le premier semestre 2018 affiche ainsi une baisse de 6% par rapport à la même période en 2017, avec 119 personnes tuées en moins, selon les chiffres officiels. «C’est encourageant car nous voyons qu’il y une baisse progressive de la mortalité dans le pays. 119 tués de moins, ça ne s’était pas vu depuis quatre ans», a jugé sur BFMTV Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière.

Effet d’annonce

«Lorsqu’il y a annonce d’une mesure crédible, il y a modification des comportements. Nous l’avions constaté avec la mise en place des premiers radars en 2002 et 2003», a expliqué cette grande partisane du 80 km/h. Après l’annonce par Jacques Chirac de la mise en place de radars automatiques en juillet 2002, le nombre de morts sur les routes avait reculé avant même leur déploiement effectif en octobre 2003.

Opposé à la mesure, Pierre Chasseray, le délégué général de 40 millions d’automobilistes, récuse au contraire tout «effet 80 km/h. On ne sait pas si les vies sauvées l’ont été sur les routes concernées par la mesure. Ce n’est rien d’autre que la baisse structurelle qu’on observe depuis un an», explique-t-il à l’AFP.

3 684 morts et 76 840 blessés en France en 2017

«L’objectif, ça n’est pas d’emmerder le monde. L’objectif, c’est de faire en sorte qu’il y ait moins de morts et moins de blessés graves», avait rétorqué fin juin le Premier ministre Édouard Philippe, en défendant une mesure qui ne fait pas l’unanimité au sein même du gouvernement et de la majorité. Alimentant le débat, le nombre d’automobilistes flashés sur les routes concernées par la mesure a par ailleurs doublé en juillet par rapport au même mois l’année dernière, avait révélé le gouvernement fin juillet.

Selon le gouvernement, baisser la vitesse de 10 km/h permettra de sauver jusqu’à 400 vies par an, et ainsi d’inverser durablement la courbe de la mortalité routière qui, après avoir atteint un plus bas historique en 2013, avait connu un inquiétant rebond entre 2014 et 2016. L’an dernier, les accidents de la route ont fait 3 684 morts et 76 840 blessés en France.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires