Ultimate magazine theme for WordPress.

En Inde – À douze ans, il devient grand maître des échecs

55

Le prodige indien des échecs, Rameshbabu Praggnanandhaa, est devenu ce week-end à douze ans le deuxième plus jeune grand maître international de l’histoire de la discipline, manquant le record d’âge à quelques mois près. À 12 ans, dix mois et treize jours, ce fils d’un employé de banque de Chennai (sud de l’Inde) a décroché ce titre prestigieux grâce à sa performance lors d’un tournoi d’échecs à Ortisei (nord de l’Italie) qui s’est achevé dimanche.

À l’exception du titre de champion du monde, le grade de grand maître international (GMI) est le plus élevé que peut obtenir un joueur d’échecs. Le record du plus jeune grand maître reste détenu par Sergueï Kariakine, qui l’a atteint en 2002 à l’âge de 12 ans et sept mois pile. En raison de leurs modestes moyens, la famille de Rameshbabu Praggnanandhaa était réticente à ce qu’il se lance dans les échecs, jeu auquel il a commencé à manifester de l’intérêt dès l’âge de quatre ans.

Entraînement de six heures par jour

«Mais sa passion de jouer aux échecs était inarrêtable, j’ai dû céder et l’ai mis dans des cours d’entraînement. Il est inarrêtable depuis», a déclaré son père, qui porte le même nom que son fils, à la presse indienne. «Il n’avait que six ans lorsqu’il a terminé second dans le championnat national des moins de huit ans. C’est là que j’ai su que je ne pouvais pas le retenir en raison de notre situation financière», a-t-il confié au site The News Minute.

Le jeune prodige s’entraîne au moins six heures par jour et regarde des parties sur Internet. Sa sœur de 17 ans, Vaishali Rameshbabu, est également championne d’échecs chez les femmes. Quintuple champion du monde d’échecs et premier Indien à avoir obtenu le titre de grand maître international, Vishwanathan Anand a félicité le jeune garçon: «Bienvenue au club et félicitations Praggnanandhaa», s’est-il réjoui sur Twitter. Le président du parti du Congrès (opposition) Rahul Gandhi, a lui salué sur ce même réseau social une «réussite incroyable».

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires