Ultimate magazine theme for WordPress.

En Islande – La langue islandaise menacée par l’anglais?

5

Arnaldur Indridason, célèbre auteur de polars islandais, n’y pourra rien: la langue islandaise qu’il manie avec talent dans ses romans sombres est submergée par la concurrence sur son île de l’anglais devenu omniprésent, star de la communication à l’ère numérique. Comme chaque année depuis 1996, a eu lieu le 16 novembre la «journée de la langue islandaise», vouée à attirer «l’attention» sur l’islandais et «sa valeur» culturelle, dans ce pays de facto bilingue où beaucoup de jeunes sont même plus à l’aise en anglais.

Sur cette petite île où vivent 355 000 personnes, l’idiome barbare rend le nom des volcans imprononçable pour les non-initiés: souvenez-vous de l’«Eyjafjallajökull», qui avait paralysé en 2010 l’espace aérien d’Europe avec ses nuées de cendres, un défi oral pour les présentateurs de JT du Vieux Continent. Savoir réciter Shakespeare dans le texte y est vécu comme une nécessité. «Je dois être capable de lire l’anglais car c’est une langue omniprésente et universelle», explique – en islandais – Sigthór Elías Smith, un blondinet aux yeux bleus de 11 ans en classe de 6e.

Enfants exposés à l’anglais

Les parents poussent souvent dans ce sens-là, relève Sigridur Sigurjonsdottir, professeur de grammaire islandaise à l’Université d’Islande: «Ils veulent que leurs enfants soient bons en anglais car c’est la clé pour tout». Le développement du digital n’a fait qu’accroître la place de l’anglais en Islande, où il était déjà bien plus présent que dans nombre de pays d’Europe. Pas moins de 57% des enfants en Islande ont commencé à utiliser un ordinateur, un smartphone ou une tablette à l’âge de deux ans, et près de 8% avant même d’avoir soufflé leur première bougie.

Or, la plupart des contenus sont en anglais. On dévore des vidéos et on joue à des jeux sur les tablettes ou les smartphones d’abord en anglais. Les enfants islandais ont ainsi un anglais «actif» de plus en plus tôt, renchérit Sigridur Sigurjonsdottir. «Parmi les 3-5 ans, 35% jouent à des jeux vidéo interactifs en anglais. Et 60% des 10-12 ans». Problème: même s’ils parlent l’islandais courant à la maison et à l’école, souvent ils «n’ont pas assez de bases en islandais dans la période d’acquisition de la langue, durant les cinq à six premières années» de leur vie, s’alarme le linguiste Eiríkur Rögnvaldsson, qui conduit l’étude universitaire.

Exil

La déferlante de l’anglais n’est pas propre à l’Islande, mais dans ce pays, la pression de l’anglais, ancienne, est d’autant plus forte que de nombreux jeunes aspirent à l’exil. «Ils ne voient pas forcément leur avenir en Islande et veulent partir étudier et vivre à l’étranger. Il apparaît que la connexion à leur île natale et à leur langue n’est plus aussi forte», analyse le linguiste Eiríkur Rögnvaldsson.

«Je ne crois pas à la disparition de l’islandais», insiste Gudrún Kvaran, la présidente de cet organisme gouvernemental. «Il y a deux siècles, nos fameux experts linguistes danois (NDLR: l’Islande faisait partie du royaume du Danemark) disaient que l’islandais serait mort d’ici 200 ans. Or, nous parlons toujours islandais aujourd’hui».

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires