Ultimate magazine theme for WordPress.

En Meurthe-et-Moselle – Les gilets jaunes, un «cataclysme économique»

6

«Cataclysme économique», «opérations irresponsables», «prise en otage»: le président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Meurthe-et-Moselle a tiré la sonnette d’alarme, jeudi, sur les blocages des gilets jaunes dans le département, évoquant des «conséquences désastreuses» pour l’économie. «Le mouvement des gilets jaunes ne peut continuer dans cette voie de la menace et du blocus. Il serait suicidaire pour nos entreprises que le week-end prochain perpétue incivilités et entraves», a prévenu François Pélissier, président de la Chambre depuis 2011, dans un communiqué.

«Revendiquer des transformations de notre société et interpeller l’État est une chose, mais on ne peut accepter des opérations irresponsables de blocage des approvisionnements et des accès à nos zones d’activités et commerciales», a estimé M. Pélissier, évoquant un «sabotage en règle» du tissu économique. Selon la CCI, le chiffre d’affaires des grands et des petits commerces du département a reculé de «60 à 80% pour certains» depuis le 17 novembre.

«Plaintes en dommages et intérêts?»

«La période de fin d’année est absolument vitale et cruciale» pour l’activité de nombreux commerces et «aux portes des fêtes de Noël, un cataclysme économique menace», ont témoigné les industriels, commerçants et prestataires de services, élus de la CCI, dans le communiqué. «L’accès aux zones d’activités et la fluidité des axes de circulation doivent être respectés. La pérennité même d’enseignes ou de fournisseurs est déjà en jeu», a ajouté le président de la CCI, appelant les entreprises touchées à «déposer toute plainte légitime préalable en dommages et intérêts» envers les bloqueurs «qui agissent de façon totalement illégale».

Depuis le début du mouvement, plusieurs dizaines de barrages filtrants et de rassemblements ont été recensés par la préfecture de Meurthe-et-Moselle. Samedi dernier, plusieurs interventions des forces de l’ordre ont eu lieu «pour assurer et préserver l’accès aux zones commerciales».

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires