Ultimate magazine theme for WordPress.

En Norvège – Un arbitre aurait abusé de 460 mineurs

112

Se faisant appeler «Sandra» sur la Toile, il promettait sucreries, iPhone, photos dénudées, voire plus. Par la duperie et la menace, un Norvégien s’est rendu coupable pendant des années d’infractions sexuelles, allant jusqu’au viol, sur plusieurs centaines de garçons mineurs.

«C’est à ce jour la plus vaste affaire d’abus sexuels en Norvège», souligne le parquet. Le nombre de victimes est si important – 460 – que les procureurs ont choisi d’en écarter un tiers de la procédure judiciaire principale pour faciliter le travail de la justice. Sur 80 longues pages, l’acte d’accusation, dont l’AFP a reçu copie jeudi, est un interminable catalogue de crimes et délits où Internet joue un rôle majeur. L’auteur des infractions? Un homme aujourd’hui âgé de 26 ans. Si le parquet ne fournit que son prénom – Henrik –, de simples recoupements permettent de retrouver son identité complète et de déterminer qu’il a officié comme arbitre de football.

Un mode opératoire bien rôdé

Son mode opératoire est bien rôdé. Sous le pseudonyme de «Sandra» ou parfois de «Henriette», il se fait passer pour une jeune fille sur la Toile et entre en contact avec des garçons sur divers forums et applications. Souvent contre la promesse de contreparties (photos dénudées, rencontres sexuelles ou encore bonbons, argent, appareils électroniques…), il leur extorque des vidéos où ils se mettent en scène dans des situations à caractère sexuel ou scatologique.

Il arrive que le ton se fasse menaçant: pour obtenir toujours plus de vidéos, il menace certains de publier sur la Toile celles déjà en sa possession. Dans plusieurs cas, il se rend aussi coupable d’agressions sexuelles – ou de tentatives – lors de rencontres physiques avec ses victimes. «Il reconnaît sa culpabilité», a déclaré à l’AFP son avocate, Gunhild Laerum. «Mais nous devons encore examiner les bases juridiques des accusations les plus graves, celles de viol». La plupart des faits se sont produits de 2014 à 2016, même si certains remontent à 2011. Les plus jeunes victimes n’avaient alors guère plus de dix ans.

Déjà arrêté en 2016

Durant l’été 2016, déjà sous le coup d’un long travail d’enquête, Henrik avait été arrêté puis rapidement remis en liberté, ce qui lui avait permis de poursuivre ses agissements jusqu’à sa seconde interpellation. «C’est clairement malheureux et extrêmement regrettable mais nous n’avions pas idée de l’ampleur de l’affaire à ce stade-là de l’enquête», a déclaré un responsable de la police, Sindre Stave, au journal Verdens Gang (VG).

Pourquoi avoir pris le risque de recommencer alors qu’il se savait sur l’écran radar des policiers? «Il était dans un cycle de dépendance, il ne parvenait pas à s’arrêter», a expliqué son avocate, Gunhild Laerum. «Il trouve abominable que tant de personnes souffrent à cause de lui», assure-t-elle. Maintenu en détention provisoire, son inculpation lui a été formellement notifiée cette semaine. Comme le permet le code pénal norvégien, l’acte d’accusation a été limité à environ 300 victimes.

Un dossier trop gros pour la Cour

«Nous n’avons pas inclus les abus contre 160 jeunes garçons et enfants dans la procédure principale parce que cela ferait que le dossier est trop gros pour la Cour», a indiqué la procureur d’État Guro Hansson Bull dans un courriel à l’AFP. Dans la pratique, ces abus font l’objet d’une sorte de plaider coupable tacite. S’il avait choisi de les contester, l’accusé aurait pu insister pour qu’ils soient examinés par la justice.

«Ils ne seront pas évoqués au tribunal mais ces faits peuvent avoir une signification lors de la détermination de la peine», a indiqué Mme Hansson Bull. Le procès doit s’ouvrir le 22 janvier prochain et durer neuf mois. Selon le parquet, les chefs d’accusation les plus graves sont passibles de 15 ans de prison, voire 20 ans s’ils se sont répétés.

(L’essentiel/nxp/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires