Ultimate magazine theme for WordPress.

En Turquie – Erdogan fait face à des élections à haut risque

152

La Turquie a commencé à voter dimanche lors d’élections présidentielle et législatives à hauts risques pour Recep Tayyip Erdogan, qui fait face à des vents économiques contraires et une opposition déterminée à stopper sa course vers davantage de pouvoirs. Depuis l’avènement en 2002 de son parti, l’AKP, le président Erdogan s’est imposé comme le dirigeant turc le plus puissant après le fondateur de la République Mustafa Kemal, transformant le pays à coups de méga-projets d’infrastructures et de réformes sociétales libérant l’expression religieuse.

Mais ses détracteurs accusent le Reïs de 64 ans de dérive autocratique, en particulier depuis la tentative de putsch de juillet 2016, suivie d’une répression sans merci. Quelque 56 millions d’électeurs sont appelés à voter jusqu’à 16h pour ce double scrutin présidentiel et législatif particulièrement important, qui marque le passage du système parlementaire en vigueur à un régime hyper-présidentiel. S’il pensait mettre toutes les chances de son côté en convoquant ces élections plus d’un an avant la date prévue, M. Erdogan a été rattrapé par la dégradation de la situation économique et s’est heurté à un sursaut inattendu de l’opposition.

Crainte de fraudes

Voyant dans ces élections leur dernière chance d’arrêter M. Erdogan dans sa quête d’un pouvoir incontestable, des partis aussi différents que le CHP (social-démocrate), l’Iyi (nationaliste) et le Saadet (islamiste) ont noué une alliance inédite pour le volet législatif des élections, avec l’appui du HDP (prokurde). Le candidat du CHP à la présidentielle, Muharrem Ince, un député pugnace, s’est imposé comme le principal rival de M. Erdogan pour la présidentielle. La campagne a tourné au corps à corps entre deux orateurs charismatiques.

Si M. Erdogan reste tout de même le favori de la présidentielle, il n’est pas assuré de récolter dimanche les plus de 50% des voix nécessaires pour éviter un second tour qui se déroulerait le 8 juillet. Surtout, les observateurs n’excluent pas que l’alliance de l’opposition puisse priver l’AKP de sa majorité parlementaire. Craignant des fraudes qui pourraient faire pencher la balance, en particulier dans le sud-est à majorité kurde, l’opposition a mobilisé de nombreux observateurs pour surveiller les urnes.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires