Ultimate magazine theme for WordPress.

En Ukraine – La Russie bloque les ports de la mer d’Azov

41

Deux ports ukrainiens sur la mer d’Azov, Berdiansk et Marioupol, sont de fait sous blocus russe. Les navires ne pouvant ni en sortir ni y entrer, a déclaré jeudi le ministre ukrainien des Infrastructures, Volodimir Omelian, quatre jours après l’incident naval de dimanche, dans le détroit de Kertch.

Au total, 35 bateaux sont empêchés actuellement d’opérer comme ils le souhaitaient et seuls les navires se rendant dans les ports russes de la mer d’Azov peuvent passer le détroit de Kertch, a dit le ministre sur Facebook. «L’objectif est simple – en imposant un blocus aux ports ukrainiens de la mer d’Azov, la Russie espère que les Ukrainiens quitteront leur propre territoire – un territoire qui est nôtre en vertu de tout le droit international afférent», a-t-il dit.

Dix-huit navires attendent en mer Noire de pouvoir entrer en mer d’Azov, quatre devant gagner le port de Berdiansk et 14 autres celui de Marioupol. Neuf bâtiments attendent dans le même temps de pouvoir quitter la mer d’Azov. La Russie contrôle de fait le détroit de Kertch, qui relie la mer d’Azov et la mer Noire, et a inauguré en mai dernier un pont de 18 km de long reliant son territoire à la péninsule de Crimée, annexée en mars 2014 par Moscou.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires