Ultimate magazine theme for WordPress.

Espace – Musk renomme sa fusée BFR «Starship»

4

Le patron de la société spatiale américaine SpaceX, Elon Musk, a décidé: sa prochaine fusée, qui ira faire le tour de la Lune et atteindra peut-être Mars un jour, s’appellera finalement «Starship». «Renomme BFR en Starship», (NDLR: «Vaisseau spatial» en français), a tweeté Elon Musk lundi soir.

La BFR était jusqu’à présent le nom de code de cette méga-fusée, en cours de développement, les initiales censées signifier Big Falcon Rocket, bien que SpaceX n’ait jamais confirmé ce nom officiellement.

Fusées appelées à disparaître

Lorsque Elon Musk a dévoilé, le 17 septembre, depuis son usine californienne de Hawthorne, que le milliardaire japonais Yusaku Maezawa avait payé pour faire le tour de la Lune avec six ou huit artistes au plus tôt en 2023, le patron a dit que ce voyage aurait lieu à bord d’une BFR, présentée comme haute de 118 mètres et comme l’une des plus puissantes jamais construites dans l’histoire de la conquête spatiale.

SpaceX utilise aujourd’hui deux fusées. La Falcon 9 est son lanceur phare, qui a accompli 18 missions déjà cette année, et plus de 60 fois depuis 2012. La Falcon Heavy, capable d’emporter des charges plus lourdes, a effectué un vol d’essai en février, lançant une voiture Tesla avec au volant un mannequin baptisé Starman – en référence à David Bowie – en orbite autour du Soleil, au-delà de Mars. Mais ces deux fusées existantes sont appelées à disparaître au profit de la seule «Starship», a expliqué Elon Musk.

Fusée en deux parties

Dans un tweet, il a dit que SpaceX cesserait de mettre à jour Falcon 9 pour se concentrer sur la seule BFR/Starship. «Sommes en train d’accélérer BFR à la place», a-t-il écrit samedi.

La future méga-fusée aura deux parties: le premier étage, également appelé le booster, du nom de «Super Heavy», qui sert à «échapper à la gravité de la Terre». Et l’étage supérieur qui servira de vaisseau pour se rendre sur les autres planètes, et s’appellera Starship. Elon Musk n’a pas précisé si ce nom était un hommage au célèbre groupe de pop rock des années 1980.

(L’essentiel/nxp/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires